Site Piret-Meurs
  Mercredi 26 septembre 2018 - 02:50
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°82 > Généalogie de BECQUEVORT

Généalogie de BECQUEVORT
Version pour impression !

Généalogie de Becquevort

Les notes ci-dessous proviennent de la généalogie de Becquevort publiée par René Goffin dans les Annales de la Société Archéologique & Folklorique de Nivelles & du Brabant Wallon, dans le tome XV, p. 72. J’y apporte les corrections suggérées par M. Alain Lutte (lettres du 11 mars 1988 et du 17 février 2010).

Pas de “Becquevort” ou “de Becquevort” dans les tables des RP d’Obaix.

I – Lambert de BECQUEVORT

Lambert de Becquevort, né vers 1461, possesseur du fief d’Outreleau, alias Becquevort, à Grand-Leez, mourut en 1530. Il semble avoir donné le jour à :

  1. Isabeau qui épousa en 1513 (?) Pierson de Tenremonde, Seigneur de Sart-Messire-Guillaume à Court-Saint-Etienne, fils d’Anthoine, écuyer, Seigneur du même lieu, et de sa première femme Catherine de Huldenberg, dite van der Borcht, dame de Neeryssche.
  2. Jehan, qui suit en II.
  3. Lambert, échevin de la haute cour de Grand-Leez en ... 1546 ..., mort avant 1598. Epouse Anthoinette de Bois, qui testa devant la haute cour de Grand-Leez le 24 août 1569, instituant Lambert son héritier universel, à raison des nombreuses dettes dont il était chargé. Parmi les témoins apparaissent Mre Arnould et Jehanne de Becquevort.
  4. Thomas, père de Arnould, grand-père de Jehan, ce dernier marié à Jehanne de LA RIGOUDERIE, dont une longue descendance à Grand-Leez jusqu’à nos jours, ainsi qu’à Autre-Eglise, Folx-les-Caves, Namur, etc. (1)

Notes :

  1. Goffin ne donne pas son prénom, indique seulement : N., auteur d’une branche bis. Voir la généalogie e Becquevort selon Goffin dans les Annales de Nivelles.

 

II – Jehan de BECQUEVORT

Jehan de Becquevort, présumé fils de Lambert. Fieffé d’Outreleau. Il se fixa à Obaix (1), où il était censeur del Porte (2) et échevin du village en ... 1558 ... Etant l’aîné, il a hérité du titre et du fief d’Outreleau, transmis ensuite à son fils Jean.

Il épousa Isabelle (ou Isabeau) de Foulle (?) avec laquelle il fit un testament le 30 mars 1543. Dont :

  1. Lambert, abbé de Malonne de 1581 à son décès, en 1599 ; enterré dans le choeur de son église.
  2. Jehan ou Jean. Fieffé d’Outreleau, échevin de la haute cour de Grand-Leez en... 1590 ..., il ne vivait plus en 1661, et doit être décédé bien avant cette date, à savoir peut-être déjà entre 1630 et 1640. Dont postérité (3).
  3. Thomas de Becquevort, qui suit en III.
  4. Arnould, Maître Arnould dit de Perwez (il y fut probablement curé), Maître ès arts de l’Université de Louvain (4). Prévôt de l’abbaye de Malonne en 1591, prieur en 1599 et 1607. Il en devint le 24ème  abbé de 1611 à 1624. Il abdiqua de ses fonctions et vécut jusqu’en 1632.

Notes :

  1. Il y a un lien entre Grand-Leez et Obaix : les deux villages relèvent, en effet, de l’abbaye de Floreffe, les curés proviennent de cette abbaye...
  2. Il s’agit de la ferme Delporte, proche de l’église d’Obaix, actuellement ferme Meurs. Jehan de Becquevort habitait donc désormais loin de sa terre natale, mais il n’est pas impossible que les autres Becquevort y soient toujours...
  3. Il devait résider au fief d’Outreleau avec sa famille, un fils nommé Thomas, et trois filles. Pour Goffin, ce Thomas est celui qui est né à Obaix, et qui suit en III dans notre généalogie. Pour Alain Lutte, le Thomas d’Obaix est plutôt un frère de ce jehan III. J’ai adopté ce point de vue.
  4. Notes d’Alain Lutte, qui précise à partir de ses recherches personnelles que les obsèques ont eu lieu à Namur, Paroisse des St Loup, Nicolas et Michel le 12 mai 1632.

 

III – Thomas de BECQUEVORT

Thomas de Becquevort, fils de Jehan et d’Isabelle de Foulle (1), est né à Obaix en 1562. Censier à Obaix (“Terriers du Comté de Namur” par D. Brouwers, page 143). Echevin de la cour d’Obaix en 1604. Il est certainement resté censeur de la ferme Delporte à Obaix jusque vers 1605-1608. Mais dès 1609, nous le retrouvons comme échevin de la cour des Saints Jean et Bertuin au village de Saint-Amand (censier de l’abbaye de Malonne). Décédé à Saint-Amand en 1642, inhumé avec son épouse dans l’église (Annales de la société archéologique de Charleroi, tome 37, p. 177). Il avait relevé le fief d’Outreleau après la mort de son frère Jean.

Il épouse Louise BIOT, morte la même année 1642, fille de Lambert Biot (2) et de Jacqueline de BRUMAIGNE (3).

Dont :

  1. Jean, qui suit en IV.
  2. Bernard, censeur et maïeur de l’abbaye de Malonne, à Saint-Amand, mort à Rêves le 8 mars 1654, inhumé avec épitaphe à Rêves, ... Il épousa en secondes noces Françoise HEYNE, fille de Louis, maïeur de Liberchies, et de Jacqueline de SILLY. Dont enfants nés à Saint-Amand. Françoise, devenue veuve, épouse son neveu Godefroid de Becquevort, fils de Pierre, qui vient ci-après.
  3. Pierre, censier et maïeur des Saint Jean et Bertuin à Malonne, censier de l’abbaye. Il épouse Marie de PRESLES. Dont postérité. Il est l’auteur d’une branche de la famille numérotée Vbis par René Goffin, très présente à Saint-Amand et à Liberchies.
  4. Martin, mort à Nivelles, Saint-André, le 23 septembre 1676, époux d’Anne SEMAL. Celle-ci testa en 1676. Dont 9 enfants baptisés à Liberchies
  5. Marie. En 1630, elle est l’épouse de Jean JACQUET, bailli (de Nivelles? de Thines?). Dont postérité.

Notes :

  1. Alain Lutte pense, mais c’est vraiment personnel, qu’Isabeau de Foulle n’est pas la mère de Thomas, mais que celui-ci est né d’un remariage. Il n’y a pas de preuve.
  2. Et non pas de Pierre Biot et Jehanne Leghain, comme l’indique René Goffin. Mais Pierre était peut-être le frère de Lambert. Il était censier de l’abbaye de Malonne au village de Saint-Amand. C’est peut-être par lui que Bernard (qui serait son neveu, voir III.2) deviendra censier de Malonne à St-Amand.
  3. Jacqueline de Brumaigne s’est remariée avec Jan du Sart, fermier et mayeur d’Obaix. Dans son testament, ce dernier indique que son épouse est la grand mère de Jehan de Becquevort (fils de Thomas, qui vient en V) et également de Colas (Nicolas) Biot, fils de Nicolas.

Notes diverses :

  1. Qui est le Jean Jacquet époux de Marie ? Est-il originaire de Nivelles, voire de Thines ?
  2. La ferme et la “maison du Bailly” à Liberchies existent toujours. Il existe des fermes Becquevort à Faulx-les-Caves et Autre-Eglise : c’est la même famille. (Alain Lutte, 1988).
  3. En 1988, Madame Josette Neirinck – Brillet, 63, Tendale, 8530 Rekkem, 056/41.24.01, descendante des Becquevort, est venue voir la ferme d’Obaix.

 

IV – Jean de BECQUEVORT

Jean de Becquevort, fils de Thomas et Louise Biot, né à Obaix vers 1592. Il succède à son père comme censier de la ferme Delporte à Obaix, où il reste près de sa grand mère Jacqueline de Brumaigne et de Jean DU SART, son parrain, époux en deuxième noce de la dite Jacqueline. Jan du Sart teste en faveur de Jean de Becquevort le 28 février  1613 (1). Il est cité comme échevin d’Obaix jusqu’en 1623. Il releva la totalité du fief d’Outreleau le 3 juin 1642 après la mort de son père.

Il épouse (après 1613, puisque le testament de Jan du Sart envisage son mariage) Gertrude de SILLY, fille de Bartholomé de Silly et de Françoise SEMAL.

Ils devinrent censiers de la ferme du Couvier à Rêves (actuellement ferme Joly-Jean, propriété de Bernard van Hollebeke). Il est décédé à Rêves le 9 mars 1650. Sa veuve fit relief d’Outreleau le 19 octobre 1657, mais le 21 janvier 1664, “madamoiselle” Gertrude de Silly fit donation de son droit d’usufruit sur le plein-fief à son fils Charles-Godefroid, qui en avait déjà la nue-propriété (Notariat Général de Brabant n° 9546).

Dont :

  1. Françoise, confirmée à Rêves le 10 septembre 1634 (ss Anne de La Porte). Epouse à Rêves le 5 septembre 1655 son parent au 6e degré Jean WAUTY (tt Pierre-Philippe Wauty, Charles et Jean de Becquevort).
  2. Isabelle, baptisée à Rêves le 8 mars 1627 (ss “Dominus” Charles Mienson et Isabelle Malréchauffé). Epouse à Rêves le 19 novembre 1647 (tt Paul Havet et Michel  Baudhier) Charles DAMANEZ (Demanet) de Thines. Elle s’établit avec lui à Thines, à la ferme de Vaillampont. Nos ancêtres, voir crayons généalogiques JACQUET (via Emply, Harcq, Holoffe, Crôone, Adolphe Piret) et GILBERT (via Remi Piret).
  3. Charles, baptisé à Rêves le 2 décembre 1631, y confirmé le 10 septembre 1634. Il épouse Jeanne DURAND, fille de Siméon, censier de Chassart pour l’abbaye de Villers, et de Françoise Marsille. Trois enfants, dont Bernard de Becquevort qui continue cette lignée.
  4. Dominique François, baptisé à Rêves le 21 février 1634, y confirmé le 25 juin 1638.
  5. Jean (-Baptiste), baptisé à Rêves le 18 juin 1636, y confirmé le 25 novembre 1641. Religieux chez les Récollets de Nivelles où il décède le 15 novembre 1713 (2).
  6. Louis, baptisé à Rêves le 14 février 1639. Argentier ou trésorier du chapitre de Sainte-Gertrude à Nivelles cité en 1679-1688. Il épouse le 9 mai 1681 à St-Jean-Baptiste Marie-Anne PETIT.
  7. Gertrude, baptisée à Rêves le 2 octobre 1642. Vivante en septembre 1649.

Notes :

  1. Testament de Jan du Sart, mayeur d’Obaix, en 1613, extrait de la farde 30 des manuscrits de l’abbaye de Floreffe reposant au grand séminaire de Namur. Jan y est dit marié avec Jacqueline de Brumaigne (mais c’est peut-être une seconde épouse ?). Après une série de dispositions en faveur de l’église d’Obaix, en faveur de Philippe Wauty (Waultier), apparemment fermier de l’abbaye de Floreffe, il cite : “Laisse aussi à Jean de Becquevort, mon filleul, pour le bon service qu’il nous at fait, deux cens florins une fois paijé et s’il se marie auprès de sa grand mère voeux qu’elle luij donne tous les accoutremens de ses nopces. Et aux aultres enfants de Loijse et Thomas de Becquevort, leur laisse trois cent florins une fois. Et aux enfants de Nicolas Biot cent et cincquante, et au petit Colas Biot estans au présent delés nous cincquante florins pour luij assister à prendre quelque mestier et à la fille Jean Pira, nostre filoeulle et niepce, luij laisse cincquantes florins une fois, etc.”
  2. Plusieurs actes de mariage, dans le Registre paroissial de Bornival notent, en 1753 : “cum dispensatione data Rdo patri Godefrido Becquevort recollecta Si Nivellis ...”
Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.039 secondes avec 16 requetes