Site Piret-Meurs
  Vendredi 20 juillet 2018 - 20:19
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°87-88 > Généalogie de Lallieux (partie 2)

Généalogie de Lallieux (partie 2)
Version pour impression !

Généalogie de Lallieux (suite - partie 2)

Les recherches de Mr Emile de Lalieux de Nivelles sont à la base des notes ci-après, ainsi que la généalogie publiée (hors commerce) en 1965 par Mr René Goffin. Cette dernière généalogie est elle-même basée sur les notes de Mr Emile de Lalieux, qui les avait soumises à Mr Goffin, et qui, dit-il, a été surpris de découvrir leur publication. Cette généalogie est inachevée et plusieurs fois erronée. J'y ai ajouté des compléments à partir de l'épitaphier de Feluy établi par Fernand de Lalieux, de l’examen des registres paroissiaux de Bornival, Monstreux, Arquennes, Obaix et environs. Et surtout les corrections nombreuses apportées par Mr Alain Lutte, corrections approuvées par son cousin Emile de Lalieux.

VII – Loys de LALIEUX

Fils de Colart ou Nicolas de Lalieux et Marguerite Ursmer. Dit "de Malville", ferme de Bornival, proche du Croiseau. En 1556, il prend en bail la cense et maison del Thieullerie, une ferme imposante qui subsiste toujours à Monstreux, au lieu-dit "les Wailles", proche du Bois d'Harpe, à la limite d'Arquennes (1) En fait, il rendit son marché et celui-ci fut rebaillé à Guillaume de Reusme (2). Echevin de Bornival de 1556 à 1576. Probablement décédé en 1584-85 (son fils devient échevin en 1585), et certainement le 22 mars 1586. Il épousa en premières noces : N. Elias du Rapoit (ou Rapoy, Rapois). Dont Anthoine, Martin et Jenne ; en secondes noces : Jehanne Marie Marcq.

  1. Anthoine, ancêtre de la famille Meurs, qui suit en VIII.
  2. Martin, possessionné à Bornival, demeurant à Malville. Il tient en ferme une terre de l'Hôpital St Nicolas de Nivelles en suite d'un bail en date du 21 novembre 1602 et ce jusqu'en 1613. C'est probablement lui qui est mambour des pauvres de Bornival en 1605 et 1606, qui réclame des rentes non payées à Anthoine de Pede et Estienne le Bastonnier.
  3. Jenne, ayant des possessions « al Waille » sous Monstreux. Elle épouse Géry Pries (3). Le partage des biens a lieu à Monstreux les 6 et 7 février 1626 en présence d'Antoine, son frère (4).

Notes :

  1. Musée de Nivelles, AAPN 1163 p. 236
  2. Idem, folio 238.
  3. Pries, et non Piret comme indiqué dans la généalogie publiée par R. Goffin
  4. VG Monstreux II, 10.

VIII – Anthoine de LALIEUX

Fils de Loys de Lalieux. Dit "le pape" (1). Né à Malville, sous Bornival, décédé à Bornival avant novembre 1631. Vivait à Malville déjà vers 1550. Echevin du village de 1585 à 1630. Constitué échevin de Grambais en l'absence d'Ancelot de Davre en 1625. Il testa le 29 janvier 1629. Dans son testament, il laisse un bien à la veuve de Jehan Delalieux, son parent, de Rosseignies (voir branche VII bis). Il résidait à l'héritage situé près des Bourbeilles, proche de la cure de Monstreux (2). Il avait épousé : 1° Françoise de Marets, fille de Remy et Colette des Pretz (3), décédée avant 1625 (4), dont il eut quatre enfants, Jean, Jeanne, Philippe et Françoise ; 2° Marie de Giploie, dite Giplet, laquelle devenue veuve convola avec Jean du Monceau, maïeur de Bornival, en 1637, et dont il retint : Denise.

  1. Jean, né à Bornival vers 1587, décédé vers 1624 (avant ?), ancêtre de la famille Meurs, qui suit en IX.
  2. Jenne de Lalieux, née à Malville vers 1589. Elle épouse Jean du Gaillier le vieux, cité comme échevin de Bornival en 1638. Veuve en 1652, elle mourut à Baulers le 17 novembre 1664  (5). Dont 7 enfants.
  3. Philippes
  4. Françoise
  5. Denise, baptisée à Bornival en 1621, selon Goffin, et Morte le 6 décembre 1708, elle gît dans l'église de Feluy : D.O.M. CI DEVANT REPOSENT LES CORPS DENISSE DE LALIEUX DECEDEE / LE 6 DECEMBRE 1708 AGEE DE 87 ANS, etc… (5).

Notes :

  1. GSN Bornival acte n° 344.
  2. note de l'abbé Van Genechten
  3. selon l'acte GSN Samme n° 4304, et non de Pède, comme le dit Goffin.
  4. Et même avant 1621 si l’on retient la naissance de Denise, baptisée en 1621, née de la seconde épouse Marie de Giplet.
  5. RP de Baulers et GSN Bornival 14 janvier et 26 mars 1665, VG II 27. A la mort d'Anthoine, Jenne et Jean du Gaillier reçoivent les deux bonniers de prairie dits "de Ligny".
  6. Mais s'agit-il de la même ? Elle s'était mariée d'abord, avant 1638 (à 17 ans, si elle est née en 1621 ?) à Nicolas Marcou le jeune, dont postérité. En fait, l'acte en témoigne, elle est déjà mariée en 1631 (cela lui ferait 10 ans au moment du mariage ?) : à la mort d'Anthoine son père, en 1631, Denise et Nicolas Marcou reçoivent la petite maison bâtie sur les deux bonnier de praire dits "de Ligny" (que Jenne de Lalieux et Jean du Gaillier héritent). Elle serait remariée à Nicolas Waroquet, échevin et lieutenant-maïeur de Bornival, mambour des pauvres, à qui elle survivait sans postérité en novembre 1700. Est-ce possible ? Cf. : GSN Bornival, 30 avril 1665, Denise Delalieux vefve de feu Nicolas Marcou, assisté de Guillaume Marcou son beau-frère, de Jan du Gaillier et Robert de Lallieux neveux à la comparante et cousin à ses enfants…donnent à rente une prairie appelée "belle tette" au chanoine Charles Marsille (VG II 27 et VG I Monstreux 33).

Annexes :

1/ Testament d'Anthoine de Lallieux, Bornival 22 janvier 1629, acte 159 : Anthoine de Lallieux marié à Marie Gipplet sa 2ème femme :

  1. choisit sa sépulture au cimetière de Bornival
  2. il laisse tout à sa femme pour appartenir après à Denise Delalieux leur fille et autres enfants qu'ils pourront encore procréer en ce présent mariage.
  3. Il faut livrer après sa mort : trois vaches pour servir à l'avancement du mariage de Denise delalieux leur fille ; 36 florins une fois à Jan du Gaillier marit de Jenne de Lalieux sa fille ; 30 florins une fois à Jan, Guillaume et Robert delalieux, enfants de feu Jan delalieux son filz et de Denise Lermineau
  4. Il donne : à Marie, sa femme, et après sa mort pour Denise, la petite maison bâtie sur l'héritage qu'on dit "Au lynier" (Le Ligny) par lui acquis à Isabeau lepetit, femme de Philippe le prince, constant (pendant ?) son premier mariage ; trois florins à la veuve Jan de Lalieux à Rozegnies.
  5. Les exécuteurs testamentaires ou mambours sont Adrien Compère, mayeur, et Jean Taminiau. Echevins de Bourgnivalle : Jan Tamineau et David Minne.

2/ Partage des biens d'Anthoine, Bornival 5 novembre 1631, acte 151

Jan du Gaillier et Jenne de Lalieux, fille de feux Anthoine et Françoise des Maretz. Nicolas Grier comme mari de Denise Lermineau, veuve de feu Jan de Lalieux fils Anthoine et françoise susdits, pour Jan, Guillaume et Robert de Lalieux, enfants dudit feu Jan et de la susdite Denise. Adrien Compère et Jan Tamineau mambours nommés par testament dudit feu Anthoine en date de 22 janvier 1629. Feu Anthoine résidait dans l'héritage joint d'ung costé le long du chemin menant au rieu de frambaise au château, d'aultre a l'héritaige que fut Jerosme du Gaillier présentement Guillaume d'Artevelle, du tierce aux heritaiges del Bricque et du quart aux bourbeilles ou heritaige de la Cure de Monstreux. Jan, Guillaume et Robert eurent 2 bonniers, mais ils durent donner d'après le testament trois florins à la veuve Jan de Lalieux de Roseignies. "… et au regard d'une rente de 10 patars que competait audit feu Anthoine sur l'héritaige dudit Tamineau et maison venue de Nicolas Deste lesdits parchonniers ont ordonné la mesme rente au prouffict de l'Eglise dudit Borgnival. Le tout sans malenghien…

IX – Jean de LALIEUX

Fils d’Anthoine de lalieux. Né à Malville sous Bornival vers 1587, où il demeura (1). On le trouve percepteur des tailles en 1609-11, mambour des pauvres de Bornival en 1615-18 et en 1624, année de son trépas (2). Il est décédé âgé de 37 ans. Il épousa vers 1611 (1613 selon Goffin) Denise LERMINEAU, fille de Jean Lermineau, dit Mado, échevin, et de Jacqueline Elias. Décédée en 1637. Dont :

  1. Jean, né à Bornival en 1615. Il apparaît au partage en 1631 et en 1637.
  2. Guillaume, né à Malville en 1616, possessionné à Bornival, fut échevin et lieutenant-maïeur de Feluy en 1652-69, mambour de l'église de Notre-Dame Sainte Aldegonde à Feluy de 1651 à 1684. Décédé le 14 septembre 1691 (3). Il épouse en premières noces Jeanne Dartevelle, sa cousine, fille de Guillaume et de Jacqueline Lermigneau, décédée à Bornival le 23 septembre 1640, inhumée dans l'église où se trouve son épitaphe. En secondes noces, il épouse le 18 avril 1641 (on suppose à Seneffe) Robertine Philippe, baptisée à Seneffe le 7 avril 1616, décédée à Feluy le 27 mai 1673, fille d'Hubert, fieffé de Martinval, et de Marie l'Englez. Guillaume est l'auteur de la branche de Feluy, et notamment des de Lalieux de la Rocq : voir la généalogie établie par Fernand de Lalieux de la Rocq.
  3. Robert, ancêtre de la famille Meurs, qui suit en X.

Guillaume et Robert se partagèrent devant la cour de Bornival, le 20 mai 1652, des biens hérités de leur grand-père paternel et de leur mère. Guillaume reçut l'héritage dit "Grand-Père".

Notes :

  1. Jean de Lalieux : une note de l'abbé Van Genechten, dans le cahier "Ittre", p. 188, Archives des hospices de Nivelles, folio 29 v°, dit que Jan de Lalleu habitait Grambaix vers 1596. Le 19 (…) 1615, il achète une rente à Jan Deschamps; on dit qu'il réside à Bornival (GSN Monstreux, VG II p. 4). Le 16 janvier 1620, il achète une rente à Marie Pele (VG II Monstreux 6), et 14 mars 1620, il achète une rente à Piere Pel (GSN Monstreux, VG I p. 21).
  2. Jean de Lalieux décédé en 1624, avant son père Antoine, décédé en 1631, qui le cite dans son testament de 1629.
  3. Guillaume de Lalieux : Le 29 novembre 1678, alors qu'il demeure à Feluy, il crée une dot pour son fils Jacques qui se destine à la prêtrise, sur des rentes qu'il possède sur la Haute Malville et d'autres terres à Bornival (Van Genechten, Bornival, acte 102).

Denise Lermineau

Elle épousa :
1° Jean Gossuin, dont elle eut un fils, François Gossuin. Elle est déjà veuve en 1609.
2° vers 1611 : Jean de Lalieux, décédé en 1624.
3° en mars 1624, Nicolas Grier ou Gryer, bailli et maïeur de Bornival. Dont une fille, Françoise Grier. Ils sont inhumés ensemble dans l'église de Bornival.

Elle fut marraine de Denis Tamineau, baptisé à Ronquières le 22 octobre 1595.

Nicolas Grier, veuf de Denise Lermineau, se remarie avec Anne Parmentier, fille de David Parmentier, maïeur de Ronquières et échevin de Bornival (il possède la maison et les terres dites "Mado" à Ronquières). Il fit son testament le 24 novembre 1654 (il est entièrement écrit de sa main). Outre sa fille Françoise, il a deux fils, Nicolas (+ 1640) et Fernand (en 1654, il est sergent d'une compagnie de Dragons pour le service de sa majesté). Nicolas Grier sera un personnage considérable, très présent dans la vie de Bornival et Monstreux.

La plupart de ces personnes sont enterrées dans l'église de Bornival (voir épitaphier de Bornival par Emile de Lalieux).

X – Robert de LALIEUX

Né à Bornival en 1618 et décédé déjà en 1688. Homme de fief de la Seigneurie de Bornival en 1661. Echevin de Bornival en 1676. Mambour des pauvres en 1671 et 1672. En juillet 1639, âgé de 21 ans, il est au service de Sa Majesté le roi d'Espagne (infanterie espagnole). En janvier 1644, âgé de 26 ans, il est soldat de la compagnie Yacinte de Courtes (1). En avril 1648, soldat de la cavalerie au service de la compagnie de don Curamel Oliau. En août 1651, soldat, "présentement en campagne". En octobre 1651, "militant" au service de sa majesté.

Le partage des biens entre Guillaume et Robert eut lieu le 26 février 1637. C'est probablement le décès de leur mère, Denise Lermineau, en 1637, qui provoque le partage des biens. L'on fait deux parts, A et B, qui sont tirées au sort. Robert est encore mineur (19 ans). Il est assisté de Jean du Gaillier senior (époux de sa tante Jenne de Lalieux) et de Jean du Gaillier "le jeusne", ses oncle et cousin du côté paternel, et de François Tamineau (époux de Marguerite Lermineau) et de Jean Lermineau, ses cousins germains du côté maternel. (2).
La part de Guillaume tombe sous la lettre B. Il reçoit : la maison et héritage de son grand père Anthoine contenant 4 bonniers, près du château, et plusieurs rentes dont une de 86 florins sur la part de Robert. A charge pour Guillaume de payer diverses rentes dont une de plus de 25 florins à Jean du Gaillier le vieux, ainsi que la rente de 3 florins aux de Lalieux de Rosseignies.
Robert reçoit la part A, c'est-à-dire : la maison et héritage de la "Haute Malville" venant de Louis (Loys) de Lalieux et son épouse N. Elias du Rapois, père d 'Anthoine, qui était déjà dit "de Malville". Toutefois, c'est sans doute Denise Lermineau qui est devenue propriétaire, car dans son testament du 26 janvier 1629, Anthoine est muet au sujet de Malville, qui contient 3 bonniers environ. Robert reçoit également 3 bonniers et une maison nommée "Le Vignon" proche de la "Cense del Malville"; et en outre plusieurs terres et quelques rentes. A charge pour lui de payer plusieurs rentes, dont 86 florins à son frère Guillaume, rente dont il sera plusieurs fois questions par la suite, entre la branche de Feluy (Guillaume) et celle de Bornival (Robert).
Lorsque Robert reçoit Malville, celle-ci est de fait occupée par son beau-père Nicolas Grier, et son frère Guillaume y habite toujours ! Ce sont eux qui exploitent la ferme : Robert est mineur, et à cause de cela, il ne pouvait pas facilement exercer ses droits de propriétaire. Aux termes du partage, Robert doit rendre à son frère "le labeur et semence par luy exposer sur les terres". Quand à Nicolas Grier, il désire jouir de l'usufruit des biens de sa femme. Ainsi donc, Robert se trouve propriétaire d'une ferme exploitée par d'autres que lui. C'est sans doute (mais il n'y a pas de preuve) ce qui le pousse, comme beaucoup de cadets de famille, à choisir la carrière militaire. Nous le voyons soldat dès 1639, il l'est encore en 1651.
Guillaume se marie très vite, avec sa cousine Jeanne Dartevelle, qui décède en 1640 (épitaphe dans l'église de Bornival). En 1641, il se remarie. Dix ans plus tard, il réside à Feluy. Son départ inquiète Nicolas Grier, le beau-père. Celui-ci veut obtenir ses apaisements au sujet des biens délaissés pas sa femme Denise Lermineau. Pour tenir bonne amitié, Robert décide que Nicolas pourra jouir de tous les biens sa vie durant, mais il devra en payer les charges.
Cette solution ne satisfait probablement pas Guillaume, car en 1652, Nicolas est en procès avec lui au sujet de cet usufruit des biens de Denise. Il est décidé qu'il faut s'en tenir au partage de 1637, sans donc que Nicolas puisse prétendre à l'usufruit, à condition que Guillaume lui cède telle part qu'il pourrait avoir aux biens d'acquêt fait par Grier avec la feue Denise. Outre cela, il lui cède le canon d'une et demi année de sa rente de 86 florins qu'il a droit de recevoir sur la maison et héritage de la Haulte Malville.
En 1651, avant l'accord pris avec Nicolas Grier, Robert fonde deux obits de 50 patars à prendre sur Malville. Trente ans plus tard, en 1681, il déclare abolir, casser et anéantir la donation de 50 patars parce qu'il se trouve par cette donation énormément grevé et lésé. Toutefois, ses héritiers conserveront cette donation.

Robert de Lalieux épouse Elisabeth Tamineau, fille de Jean Tamineau, et probablement de Barbe Philippe de Martinval. Jean Tamineau, censier de Pourbaix, et son épouse Barbe Philippe ont fait leur testament à Bornival le 23 juillet 1669 par devant Pierre Thimé pasteur de Bornival (3). Elisabeth est citée veuve en 1688. Elle est décédée en 1706. Robert et elle eurent 4 enfants :

  1. Elisabeth, née à Bornival, y décédée subitement le 3 août 1741. Elle avait hérité du Vignon avec ses 2 ½ bonniers, proche de la cense de Pourbais, et qui faisait partie de l'héritage de son père. Elle épouse en janvier 1715 Jean-François LE FEBVRE, fils de Jean le Fèbvre et Jenne de Davre, qui tenaient le moulin banal de Bornival en 1711 (4). Dont postérité.

    Elisabeth de Lalieux et Jean-François Lefèbvre demeuraient au lieu-dit "le Croiseau" : le 23 mars 1700, ils reçoivent en arrentement perpétuel de Ferdinand de Yllan, Seigneur de Bornival, la masure et héritage du Croiseau. A condition de payer de veilles charges, à savoir 4 florins de rente, aux pauvres Bornival. Ils sont obligés de rebâtir décemment la maison et de la mettre en bon état. Pour les aider à cette reconstruction, on leur "relivrera les bois qui ont servi à la ditte maison s'il s'en trouve, soit au château ou ailleurs, et leur seront marquez et donnez deux chesnes sur le bois d'em bas". Ils reçoivent aussi une maison et prairie nommées vulgairement "Hanin", près de la cense de Pourbais, et les "prets au Lorson", toujours près de la cense de Pourbais.

  2. Nicolas, né à Bornival, y décédé le 12 février 1733. Censier de la ferme de "Bonté" à Bornival (cités en 1706), ferme appartenant au Seigneur de Bornival. Echevin. Il épouse Anne (Anne Marie) Seutin, née à Feluy le 24 décembre 1702, décédée à Bornival le 11 novembre 1728, fille de Jean-François Seutin et Barbe Baudine. Nicolas et sa femme possédèrent "Bedal", près de la ferme de la Haute Malville. Bedal devint par la suite la propriété de Laurent Delvaux, sculpteur de la cour, au 18e siècle. Ils firent leur testament le 14 décembre 1725. Dont :

    2.1. Charles Joseph, dit "le jeune", décédé à Bornival le 23 janvier 1763. Il épouse à Bornival le 3 mai Gertrude MENART ou Mennart de Feluy, née vers 1695, décédée à Bornival le 22 septembre 1776. Censeur de la cense de Bonté, avec 40 bonniers, il en devint propriétaire le 6 mai 1729. Dont 7 enfants baptisés à Bornival.

    2.2. Jean-Baptiste. Il épouse le 9 octobre 1736 Marie Adrienne Renchon, originaire de Marche-lez-Ecaussinnes.

    2.3. Jenne Jacqueline, ou Jacqueline, qui épouse en 1711 Jean de Fer. Elle est la troisième épouse de Jean DE FER. Décédée le 28 octobre 1764 (5). Dont postérité à Bornival.

    2.4. Marie Catherine. Décédée à Arquennes le 18 janvier 1724. Elle épouse à Bornival le 27 mai 1714 Hubert BAUTHIER né à Seneffe le 25 juillet 1680, fermier, décédé à Arquennes le 18 janvier 1724, fils de Jean Bauthier et Barbe Sauvenotte. Dont postérité.

     2.5. Anne Jeanne, qui épouse à Bornival le 12 janvier 1721 (témoins : Charles Delalieu et Georges Lermineau) Jean-Baptiste LERMINEAU, dont une fille, Jeanne.

  3. Charles Joseph, ancêtre de la famille Meurs, qui suit en XI.

  4. Grégoire (6). Dont 9 enfants à Nivelles. Deux d’entre eux épousent des Lejour à Bornival :
    1. François Joseph né à Nivelles le 13 juin 1708, marié à Bornival le 23 octobre 1738 à Marguerite Lejour.
    2. Louis Joseph né à Nivelles le 16 février 1725, qui épouse à Bornival le 28 avril 1754 Marie Jeanne Lejour (tt Jean François Lejour et Dieudonné Joseph Delalieux)

Notes :

  1. GSN Monstreux, II, 28
  2. transcription partielle par VG cahier II, p.6
  3. Jean Tamineau et Barbe Philippe parents d’Elisabeth Tamineau : VG II 29, mais VG n'en donne pas le contenu.
  4. Il est le frère de Paul Lefèvre, ancêtre des Tamigneaux, voir le crayon généalogique Lefèvre.
  5. Jenne de Lalieux épouse de Jean Defer, date du décès : selon l’épitaphier de Bornival par Emile de Lalieux, voir le n° 26 ; mais les tables établies par la SAN disent qu’elle est décédée à Bornival le 28 août 1766 veuve de Jean Defer. Elle avait fondé un obit, voir le n° 23 de l’obituaire.
  6. Grégoire, 4e enfant de Robert de Lalieux et Elisabeth Tamineau : hypothèse d’Alain Lutte.

Annexes :

  1. Monstreux 19 janvier 1644 (VG Monstreux II 28) : Robert de la lieux âgé de 26 ans, soldat de la Compagnie Jacinte de Courtes, a vendu à Nicolas Grier 8 ½ florins de rentes en 2 parties, contrepannées sur les héritages des héritiers feu Arnould Pelle gisant à Monstreux : savoir 6 fl constitués le 12 mars 1620, les 2 ½ fl restants en vertu d'autre lettre du 1er juillet 1615 acquises par Jan de la lieux, pere audit Robert, comme par lettre du 16 janvier 1620 et 14 mars 1620, tombées en partage à Robert contre Guillaume de la lieux son frère, fait à Bornival.
  2.  GSN Bornival 8 juillet 1639 (VG II 9) acte 15 : Guillaume de Lallieux partie faisant pour et au nom de Robert son frère pour estre présentement au service de sa majesté royale; il reconnaît avoir reçu les deniers principaux et capitaulx de 8 florins de rente du Sr Gery le Prince. Robert avait le droit de la recevoir chacun an sur la maison et heritaiges dudit Sr en vertu de la lettre datte …(?) laquelle serat remise es mains dudit Sr au retour dudit Robert.
  3. GSN Bornival, 9 novembre 1651, Nicolas Grier s'entend avec Robert et Guillaume de lalieux au sujet des biens délaissés par son épouse Denise Lermineau mère des susdits Robert et Guillaume. (VG II 15, mais ne dit rien du contenu).
  4. GSN Bornival 9 janvier 1651, Robert de Lallieux fonde deux obits : Pardevant Mayeur et Eschevins de Borgnival cy bas desnommez, comparut Robert de Lallieux lequel de sa pure et franche volonté nous at dict et declare d'avoir fonde pour et a toujours au prouffict de l'eglise, pasteur et clercqz de ce lieu cinquant patartz de rente héritable et sans rachapt, Icelle a prendre et lever chacun an et a tousjours sur sa maison, pretz et terres appelle Malville mouvante de ceste jurisdiction et ce a charge de chanter chacun an deux obits scavoir le septiesme et huictiesme de juillet et pour la première fois ceste annee courante et ainsy d'an en an a toujours, dont ladite rente escherat pour la première fois au prouffict que dessus a recevoir par le mambour de l'église, les septiesme de juillet aussy prochain et ainsy dan en an a toujours argent libre de touttes et quelconques impositions mises et a mettre par quy que ce soit nulles reserves, de laquelle rente l'Eglise en aurat a son prouffict x patars par an, le pasteur xxx pat et le clercq x pat. Et bien entendu que a moyen de la presente fondation la rente de 1 sol xviii … que pretend leglise sur les biens dudict Robert serat anneanty et extaincte, ce que par les pasteur, mayeur et eschevins at este accepte, et accordé. Ainsi faict en présence de Nicolas Grier mayeur, et comme eschevins Jan Gaillier, Jan du Monceau, François Resteau, et Anthoine Gaillier. (Note : cet acte est biffé par une grande croix ; au bas de la page on lit néanmoins ceci : "Cette rente de cinquante sols subsiste par reconnaissance en faitte par les héritiers. C. de Reusme, greffier.")

A suivre...

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.049 secondes avec 16 requetes