Site Piret-Meurs
  Mercredi 21 novembre 2018 - 13:59
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°94 > Descendance Maximilien Meurs: Victoire Meurs

Descendance Maximilien Meurs: Victoire Meurs
Version pour impression !

Descendance de Maximilien Meurs

Victoire MEURS

 

 

Elle est la troisième des cinq filles de Maximilien Meurs et Angélique Dubosqueille. Il y eut avant elle Euphémie, l’aînée, épouse de Célestin Père ; ensuite Désirée, qui épouse son cousin Jean-Baptiste Meurs dont sont issus les cousins Buidin ; après elle, Marie, restée célibataire à la Bassée ; et enfin Aurélie, épouse d’Aimé Debacker, dont sont issus les cousins Piette, lesquels ont passé leur enfance à La Bassée aux Ecaussinnes.

 

 

Victoire Thérèse, née à Ecaussinnes-Lalaing le 12 mars 1843, décédée à Ecaussinnes-Lalaing le 6 mars 1926. Fermière (acte de mariage), ménagère.

 

Elle épouse à Ecaussinnes-Lalaing le 24 mai 1871 François DUBRULLE, fils d’Augustin (décédé à Mons le 8 juin 1860) et de Marie-Thérèse ANTOINE, petit-fils de Léopold DUBRULLE et Catherine LAURENT. Témoins au mariage : Célestin Pète, maître de Carrière, 34 ans, beau-frère de l’épouse, Pierre Joseph Dubrulle, employé, 32 ans, frère germain, Pierre Joseph Dubrulle, cultivateur, 50 ans, oncle, Florent Delvienne, cultivateur, 42 ans, cousin. Contrat de mariage passé devant Maître Saliez à Braine-le-Comte le 15 mai 1871.




Cliquer sur les photos pour agrandir

 

François est né à Ecaussinnes-d’Enghien le 10 mai 1841 et est décédé à Braine-le-Comte le 30 juillet 1929, chez sa fille Angèle, où il est allé vivre après la mort de sa femme. Il était sculpteur (acte de mariage) et tailleur de pierre (Contrat de mariage en 1871 et acte de vente d’un terrain en 1899), puis employé (acte de naissance de sa fille Alice). En 1875, le 14 novembre, François Dubrulle achète pour lui et son épouse un terrain de 3 ares situé le long du chemin qui conduit au château fort (Notaire Pourcelet). Il y fera construire sa maison. Le 12 novembre 1899 il achète, avec son frère Jules, une parcelle de terrain de quatre ares à bâtir sise à Ecaussinnes d’Enghien, au « champ de Ofsecu ».

 

Dont, tous nés à Ecaussinnes-Lalaing :

 

1.1.   Ernest Ghislain Joseph, né le 2 février 1872, baptisé le même jour (ss Maximilien Meurs et Marie-Thérèse Henriette Antoine), décédé le 19 février 1872

 

1.2.   Ernest Ghislain Joseph, né le 30 mars 1873, baptisé le lendemain (ss Maximilien Meurs, le grand-père maternel et Marie-Thérèse Antoine, la grand-mère paternelle). Décédé à Jemappe le 30 décembre 1935 (mais domicilié à Braine-le-Comte). Electricien, employé. Il a fait son service militaire au génie, à Anvers, en 1893. Il a travaillé à la « Compagnie des bronzes » à Bruxelles, selon Pierre Piette. Cette société, qui fabriquait des supports de lampes et des installations électriques, a cessé ses activités dans les années 1980.

Il a épousé Denise Clara BALLIEUX, née à Ecaussinnes d’Enghien le 29 décembre 1870, décédé à Braine-le-Comte le 21 juillet 1948. Elle est fille de Philibert Ballieux, maçon, de Ronquières, et de Adèle Thérèse HANNART, native de Ronquières. Sans postérité.

 

1.3.   Angèle Marie Joseph, née le 3 février 1876, baptisée le même jour à 3h00 (Angelica Maria Joseph, ss Jules Dubrulle et Euphémie Meurs). Décédée à Braine-le-Comte le 11 mai 1956. Diplôme de 1ère communion par le curé Anceau le 27 mars 1887. Elle épouse Ernest DEJEAN, fils de Florian (dit Florent) et de Gabrielle BAUDRENGHIEN, né à Feluy le 22 mai 1874, décédé à Braine-le-Comte le 18 janvier 1923. Chef garde principal, brancardier des Chemins de fer, décoré de la médaille civique.

 

Dont :

 

1.3.1.      Georges, né à Braine-le-Comte le 27 mai 1899, décédé à Braine-le-Comte le 21 août 1971 « après une vie intense consacrée à la Santé et à l’Education ». Professeur agrégé. Chevalier de l’Ordre de la Couronne. Directeur fondateur de l’Ecole de Cadres de Belgique et de la revue « L’EFFORT ». Auteur littéraire. Il fut Directeur des Cours Normaux d’Education Physique du Hainaut, Commissaire Provincial des Boy-Scouts de Belgique, Secrétaire de la Croix-Rouge locale, Secrétaire des Amitiés Françaises.

Il épouse à Braine-le-Comte le 1er août 1922 (Bénédiction nuptiale à Sous-les-Bois le 1er août 1922) Louise Valérie DEFIZE, fille de Jules Defize et Jeanne DEWILDE, née à Braine-le-Comte le 26 août 1903, y décédée le 3 décembre 1992.

 

1.3.2.      Fausse couche

 

1.3.3.      Enfant sans nom, mort à la naissance

 

1.3.4.      René, né à Braine-le-Comte le 3 juin 1905, décédé le 19 novembre 1968. Inhumé à Ecaussinnes Lalaing, dans la même tombe que sa tante Alice Dubrulle.

 

1.4.   Jeanne Rosa, née le 6 février 1878, baptisée le même jour. Décédée à Ecaussinnes Lalaing le 15 janvier 1911. Epouse de Nestor PETERSBROEK, dont postérité (voir l’Agence de change Petercam à Bruxelles).

 

1.5.   Alice (Alise) Marie Joseph, née le 21 septembre 1879, baptisée le 22 septembre. Décédée à Braine-le-Comte le 4 novembre 1961. Inhumée dans le cimetière d’Ecaussinnes-Lalaing. Sans alliance.

 

 

Victoire MEURS et François DUBRULLE

 

Le 12 novembre 1899, devant le Notaire Hanon de Louvet de Braine-le-Comte, François et son épouse, conjointement à son frère Jules Dubrulle, achètent quatre ares de terrain à bâtir sis à Ecaussinnes-d’Enghien au lieu dit « champ de Ofsecu »

 

François Dubrulle et la tante Victoire habitaient rue du Berceau, n° 112, le petit chemin qui va du Pilori à la ferme du Château-fort. La maison comprenait une remise qui servait d’abri pour la voiture du « mononc » Célestin Pête, époux d’Euphémie Meurs. François avait acheté le terrain en 1875 aux tenanciers de « l’hostellerie de Vilvorde », et avait fait construire la maison, en 1876 (1).

 

La tante Victoire venait faire ses courses avec son grand panier noir chez sa sœur Aurélie à la Bassée ; en passant par une petite ruelle, ça faisait environ 200 mètres. Pierre Piette, son petit neveu, devait parfois reporter le panier. Il recevait alors un « social », un biscuit rond, plus blanc et plus dur que le bien connu « petit beurre ».

 

François Dubrulle avait des expressions et un humour bien à lui. Un jour qu’il venait de semer, une nuée d’orage est arrivée subitement, et il s’est mis à pleuvoir (c’était peut-être de la grêle). François appelait au secours pour couvrir les semis en criant : « à djakètes, cotes è guènèyes » (jacquettes, robes et guenilles). Il aimait les devinettes imagées typiques de l’esprit wallon : « des passants, des ra-passants è dès moûrts dè l’anéye passéye : qu’èst-ce què c’est ? » (réponse : des haricots secs en train de cuire dans l’eau bouillante).

 

François prêtait à « ceux de la Bassée » une brouette étroite qui permettait de passer plus facilement dans la petite ruelle, notamment quand il fallait rentrer le charbon. Un jour, la roue de cette brouette a cédé, et Aimé De Backer, époux d’Aurélie Meurs, qui était charron, l’a réparée. Alors, François disait malicieusement qu’il était encore propriétaire du tiers de la roue.

 

La famille conserve une lettre écrite élégamment par lui, adressée à Saint Nicolas, Bruxelles : Mon cher St Nicolas, n’oubliez pas un petit tambour pour mon petit garçon et une poupée pour ma petite fille avec la tête en bois. Venez faire une petite tournée de la semaine pour voir s’ils ne sont pas méchants. En attendant votre visite, nous vous souhaitons toute sorte de bonheur. F Dubrulle. Arrêter le 25 Novembre 1877.

 

Pour ceux de la Bassée, les Dubrulle étaient « d’avant-garde » : ils aimaient la nouveauté, les voyages, les distractions, et ils avaient plus d’audace dans leur façon de s’habiller.

 

Le petit carnet de François Dubrulle

 

En 1917, durant la guerre, la famille a reçu une aide pour l’alimentation, comme un témoigne un carnet (2) dans lequel sont inscrits les montants, de décembre 1917 jusqu’en mai 1919. Alice vivait encore à la maison, et elle est inscrite sur le carnet comme bénéficiaire. En 1917 également, François Dubrulle a hébergé deux réfugiés français, selon une carte « d’admission » signée par le bourgmestre.

 

François Dubrulle devait avoir un beau petit verger dont il s’occupait volontiers et qui lui rapportait quelques francs. Isabelle Jerôme, son arrière-petite-fille conserve un petit carnet qui commence le 18 septembre 1921 et qui se termine en janvier 1926. François y note toutes sortes de choses, évènements de famille, mariages de voisins, menus achats, et très souvent les récoltes des fruits ainsi que le produit de la vente. Ce carnet renseigne de belles récoltes de poires aux noms évocateurs, certaines variétés ont peut-être disparu aujourd’hui : les Délice Cuvelier, les Beurré Diel, les Bachelier, les Doyenné de Comis, les Durondeau, les Louise Bonne, les Parrain Goret ( ?), les Napoléon, les Joséphine de Malines …

 

La récolte était parfois abondante, comme cette année 1922, ou il  note : 12 septembre, cueilli et vendu 24 kilos de durondeau à 60 ctm, 20 kilos sur la puramide (sic), 4 kilos à espalier ; 14 sept, vendu à Elyza Duval 10 kilos de durondeau à 60 ctm ; 15 sept, vendu à la voisine 5 kilos de durondeau et 5 kilos de Carlier à 60 ctm ; 20 sept, cueilli Louise bonne 23 kilos, vendu 10 kilos à Alice Decamps, vendu 5 kilos Parrain Goret à 60 ctm ; 23 sept, cueilli les beurré Diel 20 kilos à 60 ctm sur la cuisine, vendu 10 kilos à Mme Servais et à C. Biesman 20 kilos pour les 2 ; 25 sept, poires vinées 10 kilos ½ à Marie du grec à 50 ctm ; 27 sept vendu à M. du grec 3 kilos Louise bonne à 50 ctm, à E. Duval 10 kilos de beurré Diel à 60 ctm ; 30 sept, échange de 6 kilos de poires pour 6 kilos d’oignons, soit 3 fr ; 2 oct, vendu à Marie du bon Joseph 8 kilos de poires divers à 5 ctm ; 3 oct, vendu à Irma Leclercq 9 kilos beurré Diel à 60 ctm ; 5 oct, vendu à Braine 2 kilos de poires à 60 ctm ; 7 oct, cueilli les Napoléon, 6 kilos ; 17 oct, cueilli les Joséphine de Malines, 14 kilos.

 

Cette année 1922 était pourtant une drôle d’année, car il signale le 12 octobre : « on a fait la moisson du courant du mois d’octobre ». Le même jour, il signale qu’il a « gelé à glaces ».

 

Il y avait les groseilliers « à grappes », dont il vend les groseilles par kilos ; ainsi le 10 juillet 1922, il a vendu à Irma 8 kilos de groseilles à grappes à 1 f 20 ctm, 1 kilo à Marie et 1 à Julia la voisine. Belle récolte. Il y avait les « groseilles à poils », pour les tartes, vendues par pintes : 8 juin, vendu 17 pintes de groseilles à poils pour tartes à 45 ctm

 

Il signale les plantations et les greffes, ainsi, le 5 mars 1922, « Léon Jean Donat est venu greffer nos deux pruniers Double Altesse. Il a planté chez Julia et Rosalie chaune un Doyené de Comis. » Lui-même s’occupe du verger de sa fille Angèle, à Braine-le-Comte, où il plante un Double Renette, un « spalier » Doyené Comis, un prunier sauvage venant de Virginal (sans doute de la ferme des cousins Meurs de Virginal).

 

Il est aussi question de son jardin, où il plante chaque année une série de routes de pommes de terres en plusieurs fois, de fin mars à début avril. Cependant, il note aussi régulièrement qu’il achète des pommes de terres « chez Robert », sans doute Gustave Robert qui a épousé la cousine homonyme Victoire Meurs, fille de Nicolas, et qui est fermier non loin de Triboureau. Ces pommes de terre, il faut les « endammer » et enlever les gâtées. Il signale aussi la date du 7 mai, à laquelle il a planté les fèves à perches.

 

Parmi les achats récurrents, il y a les « sabots de flamand » pour lui ou pour Victoire, achetés chez divers marchands, pour un prix variant entre 6 f 50 et 7 f 25.

 

Il y a également les « bobos » divers et les accidents : au 27 juillet 1922, il note « je m’ai fait arracher une dent chez Planque, 3 francs ». Une autre fois, il s’agit de ses lunettes, pour lesquelles il faut aller à Bruxelles. Le 17 octobre 1922, « Victoire est tombée des escaliers ».

 

Il est question aussi de quelques phénomènes météorologiques remarquables, à l’instar de cette moisson tardive d’octobre 1922 dont il est question plus haut :

8 mars 1922 : grande tempête comme en 1876 le 12 mars : 25 mètres par seconde.

28 nov 1923, tombé beaucoup de neige

24 juillet 1924, l’orage est tombé sur l’église de Ronquières

28 nov 1925, Florentine est mariée ce jour, 30 cm de neige

30 déc 1925, tempête et inondation

 

Bien sûr, il y a aussi les petits et grands événements familiaux, comme le dîner chez Denise  (leur belle-fille, épouse d’Ernest), ou la naissance d’un garçon « chez Meurs » le 11 juin 1922 (il s’agit de Gabriel Piette, né « chez les Meurs » à la Bassée). L’installation du « thélophone » le 4 mars 1923 chez son petit-fils George Dejean à  Braine-le-Comte. Sans doute une des premiers appareils, puisque le numéro d’appel est le 102. Le correspondant à Ecaussinnes doit être un certain Piron, puisqu’il note un numéro d’appel : 38 Ecaussinnes. François s’intéresse de près à ses deux petits fils de Braine-le-Comte : il note que Georges Dejean, fils d’Angèle, a trouvé du travail à la banque Simono ( ?) à Bruxelles le 12 mars 1923, mais le 21 mars de l’année suivante, il entre à l’école moyenne de Braine-le-Comte comme  régent. Le 18 août, René Dejean « est parti pour Beverloo pour être soldat ».

 

Une curiosité : François ne manque pas de noter chaque fois que le « verratier » passe à la ferme Carlier (la ferme du château fort). Il lui arrive une fois de noter la portée, peut-être parce qu’elle était  remarquable : 14 gorets.

 

La tante Victoire est morte une semaine avant la communion de Pierre Piette. Ce dernier est allé chercher son cierge de communion avec sa maman, et puis ils sont repassés voir la tante sur son lit de mort.

 

Notes :

1)      voir article de Claude Brismé dans le Val Vert n° 148, 2009, page 148. Le vendeur était François Delaplarière.

2)      Les archives de famille sont conservées par Mme Isabelle Jérôme, petite fille de Georges Dejean. Beaucoup de renseignements ont été puisés dans ces archives que j’ai eu le bonheur de consulter. Merci à elle.

Ernest DUBRULLE et Denise BALLIEUX

Suite ici

Angèle DUBRULLE et Ernest DEJEAN

Suite ici

Jeanne DUBRULLE et Nestor PETERSBROEK

Suite ici

Alice DUBRULLE

Suite ici
Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.047 secondes avec 16 requetes