Site Piret-Meurs
  Vendredi 20 juillet 2018 - 02:33
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°94 > Descendance Victoire Meurs: Angele Dubrulle

Descendance Victoire Meurs: Angele Dubrulle
Version pour impression !

Angèle DUBRULLE et Ernest DEJEAN

 




Cliquer sur les photos pour agrandir


Le couple habitait au n° 34 Chaussée de Mons à Braine-le-Comte.

 

Ernest est né à Feluy le 22 mai 1874 et décédé à Braine-le-Comte le 18 janvier 1923. Il entre à l’administration des chemins de fer en 1892, et malgré les longues journées de travail, il étudie et passe avec succès l’examen de garde-convoi  (selon un éloge funèbre).

 

Le 17 janvier 1895, il écrit à Angèle depuis Arlon où il est entré en service au chemin de fer. Il voyage en Allemagne et en France (Longwy). Il regrette cet éloignement et exprime des sentiments amoureux très forts pour Angèle. Le 12 mars, il lui annonce qu’il a obtenu son changement pour Braine-le-Comte. Il se réjouit des futures kermesses, bals, promenades silencieuses d’été en perspective… Mais il devra rester au moins jusqu’au début avril, le temps de mettre son remplaçant au courant. Il sourit de leurs mamans qui ont peur de les voir mariés trop tôt. Entre le 17 janvier et le 30 mars, il y a ainsi une série de lettres amoureuses très touchantes.

 

Il fit le reste de sa carrière à Braine-le-Comte, gravissant les échelons jusqu’au poste de Chef garde principal.

 

Pour Pierre Piette, Ernest Dejean est mort (en 1923) pour avoir pris froid à la tête au cours d’une cérémonie où l’on inaugurait une pierre commémorative à la mémoire des cheminots de Braine-le-Comte morts à la guerre (il y aurait eu de brillantes actions de résistance). Le service funèbre a été célébré à Braine-le-Comte, les absoutes chantées en l’Eglise St-Remy, l’inhumation dans le caveau de famille à Ecaussinnes-d’Enghien.

 

Un éloge funèbre a été prononcé par le Chef garde principal de Braine-le-Comte. On salue ses qualités : « c’était le plus doux, le meilleur des camarades, et ses hautes vertus morales et civiques lui avaient conquis l’estime générale… Il meurt à la tâche après une carrière administrative de 28 années… C’était le serviteur simple, loyal, ponctuel, s’acquittant jusqu’à la minutie de ses moindres obligations… Son aménité de caractère toujours égale… quelles que soient les circonstances, il restait invariablement étranger aux conflits parfois si difficiles à éviter dans l’exécution journalière du service… L’administration perd un serviteur de la vieille école, plus conscient encore de ses devoirs que de ses droits ».

 

Un autre éloge non signé est prononcé au nom de la section de Syndicat national. Il rappelle qu’Ernest Dejean a été « fils d’ouvrier, apôtre convaincu de la foi syndicaliste, membre de notre organisation depuis sa fondation pendant la guerre », et que « le 17 décembre, il assistait encore, avec la section, à la manifestation inaugurale de la plaque commémorative glorifiant les agents des chemins de fer victimes de la barbarie teutonne ». Et plus loin : « Je souligne en passant sa belle attitude pendant l’occupation allemande. Ernest Dejean fut remarquable d’énergie ; plutôt que de satisfaire aux exigences des occupants et céder à leurs réquisitions, il préféra subir l’emprisonnement. Depuis l’arrivée des évacués français dans notre ville, jusqu’à leur départ, Ernest, au cœur généreux, collabora à l’œuvre d’aide et assistance à ces malheureux. Pendant cette terrible période où régnaient des maladies épidémiques, que de fois il se dévoua pour soigner des maladies, relever des mourants… » Cet orateur souligne encore ses qualités de franchise de caractère et de courage à remplir ses tâches.

 

Une carte envoyée de Tubize le 10 novembre 1914 à Georges et René Dejean, par Yvonne Meurs (descendance de Félicien frère de Maximilien) montre que les liens de famille sont restés étroits durant plusieurs générations !

Georges DEJEAN et Louise DEFIZE

Suite ici

René DEJEAN et Mathilde HAYETTE

Suite ici
Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.088 secondes avec 16 requetes