Site Piret-Meurs
  Vendredi 20 avril 2018 - 03:12
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°94 > Hommage à Joseph Plasman

Hommage à Joseph Plasman
Version pour impression !

Oncle Joseph Plasman

17-19 janvier 2013

 

Introduction

 

“Courtès mèsses èt longs din.ners !” Lors des cérémonies de mariage, sur le ton de la farce, tu m’as plus d’une fois donné un conseil ressemblant à un ultimatum : “Courtes messes et longs dîners”. Tu avais d’ailleurs un complice, l’oncle Ferdinand qui me répétait la même chose. Je n’arrive pas toujours à suivre ce conseil pourtant judicieux ... Mais aujourd’hui, nous allons quand même prendre tout notre temps pour te dire les mercis qui conviennent, en faire une fête, et boire quelques paroles à ta santé. Même si cela prend du temps, ce n’est rien à côté du long dîner à la table de Dieu pour l’éternité. Donc, patience, c’est ta dernière messe, et on a des choses à te dire.

Sans être un mécréant, tu n’étais pas le croyant pur et dur à l’ombre du Vatican. Tu avais horreur de tout ce qui était factice et qui sentait la bêtise. Ta foi était simple, directe, sincère, virile, et plutôt méfiante. Une foi critique. Il ne fallait pas te faire avaler n’importe quoi. Tu voulais une foi qui respecte la dignité d’un homme. Ta foi personnelle restait discrète, sans grandes déclarations ni démonstrations. Une foi sobre... donc des messes courtes.

C’est une foi “moderne”. La foi d’un homme qui sait ce qu’il vaut, ni tout à fait bon, et pas trop mauvais, et qui sait tendre la main à quelqu’un de plus grand, à Dieu, parce que la vie souvent nous dépasse. Un Dieu qui reste mystérieux, mais qui agit dans la nature et dans le coeur de l’homme. Et une sympathie pour un Jésus qui revendique la justice, l’honnêteté, la loyauté.

Marie avait une place particulière dans cette foi. En 1940, soldat mobilisé, tu avais quitté ta troupe et fait un détour, empruntant un vélo, pour venir voir ce que devenait ta famille. Au moment de retourner dans ton bataillon, notre grand-mère, ta belle-mère, t’avait donné une médaille de Notre Dame de Lourdes pour te protéger. Et quand, au bord de la Lys, ton unité a essuyé un tir de l’ennemi, que tu t’es retrouvé vivant, avec le talon d’une bottine arraché, et plusieurs compagnons morts à gauche et à droite, tu as su que ta vie était un miracle et tu as toujours été reconnaissant à Marie.

Aujourd’hui, ensemble, nous demandons à Marie et à Dieu de continuer de prendre soin de toi. 

 

Homélie, à partir des noces de Cana.

 

Quand Jésus commence sa Bonne Nouvelle, ce n’est pas un Jean-Baptiste austère et tout maigre qui vit au désert et mange des sauterelles. Cela commence par la fête à Cana. Et si Jésus était souvent invité dans des banquets, c’est parce qu’il savait raconter des histoires plaisantes. Avec Mon oncle Joseph, tout commençait par la fête et le rire, par la plaisanterie et des carabistouilles, et par le récit burlesque de tes exploits. Et c’est très évangélique. En forçant un peu, je dirais qu’à Obaix, on était là pour travailler, mais on s’amusait bien.  A Lillois, on était là pour s’amuser, mais après on travaillait, parfois tard, et on venait à bout de la besogne. Cette différence est un état d’esprit qui nous séduisait, nous, les cousins, venus en vacances à la ferme du Vert Coucou.

C’est très évangélique et théologiquement profond, car la joie est au départ de tout. C’est dans la joie que Dieu a imaginé le monde, la Création est une fête. C’est dans la joie que tout doit commencer, si l’on veut arriver à la joie. Et il y a toutes les joies quotidiennes qui sont un bon GPS pour nous permettre d’arriver à notre destination qui est la joie. Et si parfois le vin de la joie vient à manquer, Jésus nous encourage et nous rappelle qu’il y a un vin meilleur qui viendra à la fin, c’est la résurrection.

Nous ne savons pas grand chose de la résurrection, Jésus est très discret à ce sujet et ne laisse pas vagabonder son imagination. Nous savons l’essentiel : c’est une histoire d’Amour. Tout ce que nous pouvons faire, c’est de faire confiance à Dieu comme à un père. Heureusement, des personnes comme mononc Joseph nous aident à y croire, lui qui a été créé joyeux, fait pour la joie.

Pas une joie naïve avec des anges qui volent dans le ciel. Une joie paradoxale qui sait très bien que la vie est dure et donne de sérieux coups de bâton. Une joie qui sait qu’on n’est pas installé dans la joie, et que la joie n’habite pas chez tous. L’évangile de Cana nous apprend qu’il faut remplir d’eau les jarres de pierre. Il faut se faire serviteurs de la vie et les remplir avec ses larmes, avec sa sueur, avec l’eau des doutes et des angoisses, celle des prières pour que le malheur s’éloigne. Mais surtout servir la vie en remplissant ces jarres avec notre action bénéfique et généreuse. Oncle Joseph les a remplies avec son courage, son optimisme, sans oublier son humour et en faisant le pître et des pirouettes pour faire la nique au malheur, ne pas se laisser contaminer par la tristesse et pour en protéger les autres.

La sagesse humaine dit qu’il faut mettre de l’eau dans son vin. Cette sagesse ne suffit pas, et dans ce récit de Cana, Jésus dit qu’il y a mieux à faire. Oncle Joseph ne s’est pas résigné à mettre de l’eau dans son vin, il a su faire des petits miracles et transformer l’eau en vin. Il changeait la vie, pour rappeler la chanson de Goldman. Son amour pour marraine, son épouse, sa complice de la grande aventure de la vie, est un grand cru que nous boirons encore souvent à sa mémoire. Son affection pour ses enfants, ses beaux-enfants, ses petits enfants, ses arrière-petits-enfants, ses neveux et nièces, est un vin qui peut vieillir et que l’on dégustera encore longtemps, de génération en génération, à la santé de tous. Un vin qui continuera, j’espère, à nous donner le goût de faire des petits miracles, un vin qui nous ressuscitera chaque fois qu’il le faut, en nous donnant le goût de la vraie vie, un vin qui nous maintiendra dans la joie.

 

Jean-François Meurs

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.051 secondes avec 16 requetes