Site Piret-Meurs
  Samedi 17 f�vrier 2018 - 23:11
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°96 > Descendance de Louis Piret

Descendance de Louis Piret
Version pour impression !

Descendance de Louis Piret

 

Louis Alfred Ghislain, fils d’Alfred et de Colette Croône, né à Nivelles le 29 avril 1883 à 1h00 de l’après-midi, baptisé à Monstreux le 3 mai (parrains : François Laviane et Colette Delescolle ; l’acte écrit le nom sous la forme de « Pierret »), décédé à Sauvenière le 12 janvier 1949, fermier à la ferme de La Loge, à Nivelles, ensuite à la chaussée de Hal, toujours à Nivelles, puis à Sauvenière près de Gembloux, une ferme isolée, au Try à la Vigne.

Il épouse à Pépingen en 1919 (témoins Charles Janquart et Adolphe Piret) Marie-Héloïse (on disait tante Héloïse, parfois écrit Eloïse) JANQUART (sœur de Charles Janquart, père d’Adelson ; voir Marie-Madeleine Piret), fille d’Elie Janquart et Marie-Joseph Massart. Née à Virginal en 1886.

Dont :

1/ Flora, née à Nivelles le 11 septembre 1921, décédée à Blanmont le 28 juin 2013, inhumée à Sauvenière le mercredi 3 juillet.

Elle épouse à Sauvenière le 27 août 1947 Calixte SOQUETTE, né à Sauvenière le 26 juin 1924 et décédé à Mont-Godinne le 16 août 1989. Fermier à Sauvenière, où il reprend la ferme de son beau-père.

Dont :

  1. Louis, né le 8 mai. Epouse Marie Josée JANQUART. Dont :

1.1. Laurent, né le 4 septembre 1973. Dont, nés de Catherine Lauvaux :

1.1.1. Elyne, née le 4 mai 2005

1.1.2. Logan, né le 2 décembre 2007

1.2. Emmanuel, né le 25 juillet 1976. Militaire, Bataillon des Lanciers, Marche.
  1. Colette, née vers 1949. Epouse Etienne DELATTE. Fermiers à Blanmont. Dont :

2.1. David, né le 26 août 1972. Epouse le 4 avril 1998 Cécile Demazy, née le 23 septembre 1972. Dont :

2.1.1. Antoine, né le 18 décembre 1999

2.1.2. Thibault, né le 9 mai 2002

2.2. Isabelle, née le 23 novembre 1974. Epouse le 10 juillet 1999 Philippe OSTIJN, né le 28 avril 1971. Dont :

2.2.1. Clémence, née le 29 juin 2000

2.2.2. Lucie, née le 13 avril 2004

 

Louis Piret et la ferme de La Loge.

Louis a repris la ferme de La Loge après son père Alfred (mort en 1910). En fait, les deux frères travaillaient déjà à la ferme depuis des années. Louis s’occupait surtout des chevaux, tandis qu’Adolphe s’occupait des vaches. Parfois, ce dernier chipait de l’avoine des chevaux pour nourrir ses vaches…

Louis a quitté la ferme de La Loge en 1925 et a tout vendu. Flora dit qu’il a tout fait pour s’en aller, il avait envie de partir…

Lors de la vente, il y avait de beaux chevaux, qui valaient beaucoup. Quatre poulains élevés suffisaient à payer le fermage. En fait, Louis et déjà son père Alfred soignaient trop bien leurs chevaux. Ils disaient : « Lès tch’faux, leu bouche dwèt daller tout l’timps ». Beaucoup de chevaux ont crevé d’un coup de sang, et le vétérinaire leur avait conseillé de les soigner moins fort.

La tante Héloïse a noté dans un carnet, que Flora a gardé, le prix de vente de ces chevaux :
Gamine, 8100 francs
Mina, 5.800
Mazette, 6.800
Mouche, 5.800
Alida, 5.400
Sizette, 4.400
Bichette, 3.700
Boulette, 3.800
Bella, 3.000
Marcotte a été vendue 5.100 francs et tante Odile dit que ce fut l’héritage d’Adolphe Piret.

Max, qui tirait la voiture, n’a pas été vendu. L’oncle Louis, qui est allé à ce moment habiter une toute petite ferme à la chaussée de Hal, s’en contentait pour les travaux ordinaires. Quand il avait besoin d’un second cheval pour des travaux lourds, il allait emprunter celui du marchand de légumes qui habitait près de la chapelle Saint Anne.

Lors de la dite vente, Adolphe Piret était parmi les acquéreurs les plus intéressés. On dit qu’il fut triste de ne pas avoir pu acheter l’une de ces juments : un autre fermier avait mis beaucoup plus que lui. C’était peut-être Gamine ? En tout cas, on retrouve parmi les juments de la ferme de Dinant : Marcotte, Mazette et Mouche.

En 1942, les allemands ont réquisitionné deux chevaux chez l’oncle Louis. Son frère Adolphe lui a donné Mazette, qu’il est allé conduire lui-même, faisant le trajet à pieds.

Calixte Soquette évalue le nombre d’hectares de La Loge en faisant le calcul de 11 chevaux x 5 hectares = 55 hectares.

Les vaches aussi donnaient bien, puisque certaines produisaient jusqu’à 24 kg de beurre par an.

Le prétexte du départ a été une histoire de chasse, ou plutôt de gibier, avec son propriétaire, Mr Haegelsteen, qui aimait la chasse. Louis braconnait beaucoup, au furet, et il avait appris à sa fille Flora à poser des collets. Celle-ci a gardé dans ses archives un reçu signé par P. Haegelsteen pour le fermage de 1921-1922. Le fermage s’élèvait à 634 francs ; or, le propriétaire devait déduire 780 francs pour « dégâts de lapins ». Du coup, c’est le propriétaire qui était redevable de 146 francs à son fermier !

 

Quelques bribes de souvenirs et anecdotes :

À propos de l’oncle Louis

Selon Flora, il avait de l’humour, mais il était surtout moqueur. Il aimait raconter les bêtises qu’on avait faites. Quand il venait à la ferme de Dinant, venant de sa maison à la chaussée de Hal, il ramassait un bonnet, un gant… tout le long de la route. Il ne se trompait pas, cela appartenait toujours à l’une des filles de la ferme. Il prenait un malin plaisir à les restituer en se moquant. « Il faut dire que quand on allait chez lui ou chez les Tamigneaux à la Petite Cense, on traînait la patte, c’était long ! » ajoute tante Odile.

Les marrons

Tante Odile raconte à propos de La Loge : « J’entends encore les marrons ‘pèter’. Nous allions les chercher dans le bois. »

Mariages mémorables

Tante Odile raconte qu’Adolphe Piret a eu une cuite terrible, à l’hydromel, au mariage de son frère qui avait eu lieu à Brages (Pepingen) ; c’est son cheval qui l’a ramené, et il ne se souvient plus du chemin par où il est passé après Hal.

Quant à Louis, il revenait de noces, sans doute de chez les cousins de La Chaussée à Pont-à-Celles, dans sa voiture, sans lampe, avec chapeau buse et en frac. Les gendarmes l’ont arrêté en lui demandant : « D’où venez-vous ? ». « Bî, vos l’vèyîz bî » a répondu Louis en montrant ses habits.

Au mariage de leur cousine Octavie Dubois, Louis et Adolphe sont allés en train, et avaient pris des billets de 3e classe. Ils étaient en grande tenue. Ils ont quitté la noce en même temps qu’Octavie et le cousin Arsène, qui partaient en voyage de noces en wagon de première. Or, ils ne voulaient pas que Louis et Adolphe aillent en 3e classe, et ils les ont obligés à monter avec eux. Les deux frères et leurs épouses avaient peur d’être pris. À Nivelles, ils se sont dépêchés de passer par la petite barrière sur le côté de la gare, comme s’ils se sauvaient, pour éviter de repasser par la salle où on rendait les billets.

La famille

Selon Flora, son papa parlait de son grand-père qui avait eu 9 enfants, dont plusieurs sont partis vers les Ardennes. En fait, il doit s’agir de son arrière-grand-père Nicolas, qui a eu onze enfants, dont le fils Napoléon est allé s’installer en France, à Provens (Aisne), avec toute sa famille, plutôt que de son grand-père Valentin, qui a eu 7 enfants, lesquels sont tous restés dans la région de Nivelles.

Tante Odile Piret, épouse de Jules Martin, de Lillois, sa sœur, avant de mourir, a confié à Flora : « Tous les jours je dis mes prières pour Louis parce que, quand nous avons été orphelins, il s’est bien occupé de nous. Il courtisait avec Laure Colinet et a abandonné ce projet pour rester près des plus jeunes. » (Mais cette Laure Colinet a mis le grapin sur son cousin l’oncle Remy Tamigneaux !).

Quand Adolphe Piret allait chez son frère à Sauvenière, il restait souvent un jour ou deux et il dormait là-bas. Il faisait un arrêt à Sombreffe chez un marchand de grains, un certain Jean…

Callixte

Il n’est allé à l’école que jusque l’âge de 15 ans, mais il lisait beaucoup et avait très bonne mémoire ; il s’intéressait à beaucoup de choses.

Il aimait la bière glacée. Le jour où il est mort, il en avait eu un grand pot de bière du Luxembourg.

 

 

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.044 secondes avec 16 requetes