Site Piret-Meurs
  Lundi 22 octobre 2018 - 08:02
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°59 > Le Berceau des Mainil

Le Berceau des Mainil
Version pour impression !

Le hameau de la Saisinne à Thieusies

Philippe Mainil, 1705-1751, est dit « manant de la Saisinne » sur son acte de décès. Il est bien possible que ses ancêtres aient été établi depuis longtemps dans ce lieu-dit.

La Saisinne est un hameau important de Thieusies. En 1767, donc peu de temps après le décès de notre Philippe, une requête des habitants visant à l’installation d’une vicairie dans la paroisse fait état de 154 communiants et quinze enfants. L’église paroissiale se trouve à une demie lieue du hameau. En cas de pluie, l’accès est difficile.

Il semble que le hameau se soit développé autour d’une communauté de « chaufourniers ».

Si la Saisinne relève sur le plan paroissial de l’église de Thieusies, elle relève sur le plan civil non du seigneur de Thieusies mais bien directement de l’abbaye de Saint-Denis : « Encor bien que ce petit hameau de la saisinne soit subjet, comme dit est, à l’église et paroisse de Thieusies, néantmoins il a mayeur, eschevins et justice à part, comme ressortissant de la seigneurie et bailuage de St Denys... » (Dom Gérard Sacré, religieux de l’abbaye de Saint-Denis en Broqueroie, vers 1650).

Ils s’y trouvait, dès avant le 17ème siècle, une ancienne chapelle « bastie de bois fort simplement comme une thoreille couverte de paille... et n’y a personne qui ayt mémoire de l’avoir veu bastir ny mesme ouy des ancestres ... Elle est située en une forte petite warischaye ou commune au croizant des chemins qui passent au travers de ladite Saisinne, sur une petite éminence. En son comprenement, elle pourroit contenir environ XX ou XXX personnes tout au plus ».

Une statue de la vierge y est l’objet d’une grande vénération, et, vers le milieu du 17e siècle, les moines de St-Denis vont la restaurer, et encourager le culte qui renaît autour d’elle : « en présence de plusieurs manants dudit hameau, qui estoyent venu congratuler leur chère patrone et advocate pour l’heureux retour de son image miraculeuse, à laquelle ils ont tousjours esté fort devots, chantant tous les jours au soir les litanies... »

Poursuivant dans cette voie, les moines entreprennent la construction d’une nouvelle chapelle dont ils posent la première pierre le 24 octobre 1669. Une dernière étape est franchie le 26 septembre 1679 lorsque dom Gérard Sacré, notre témoin, « ayant impétré permission d’y celebrer de monseigneur l’illustrissime de Cambrai... y chante solemnelement la première messe ».

La chapelle actuelle a été reconstruite à la fin du 18e siècle.

(Source : Revue d’histoire religieuse du Brabant wallon, 2004, tome 18, fascicule 4)

Jean-François Meurs

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.069 secondes avec 16 requetes