Site Piret-Meurs
  Mercredi 25 avril 2018 - 03:06
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°64 > Bourgmestres de Ronquières

Bourgmestres de Ronquières
Version pour impression !

Bourgmestres de Ronquières

Né à Naast le 11 avril 1758, Jean-François Meurs a épousé en premières noces une fille de Ronquières, Marie Joseph Piérart. Si les deux premiers enfants du couple sont nés à Naast, les 17 autres sont nés à Ronquières où la famille s’est établie. Un frère de Jean-François, Charles Eloy Meurs, s’établit tout près, comme marchand de grains, à Braine-le-Comte, où sa famille fera souche.

Des alliances se sont évidemment nouées avec des ronquiérois et ronquiéroises, et la famille a participé à la vie sociale du village. Certains sont entrés en politique.

Le premier dont je trouve la trace est Albert Meurs, le 12e fils de Jean-François, et le 4e de sa seconde épouse Jeanne Rosalie Greer. Albert est né à Ronquières le 20 thermidor an 6, le 7 août 1798, et y est décédé le 25 août 1866. Il était cultivateur et occupait une ferme dite « al Vaux », située entre le hameau de Piédeau et le hameau Fauquez de Virginal. C’est pour cela qu’il était désigné dans la famille comme « Albert dèl Vau ». Il avait épousé Catherine Stevens, née à Ronquières le 16 avril 1801 et décédée à Ronquières le 19 mars 1868. Elle était fille de fermiers. A partir de janvier 1852, c’est Albert Meurs qui signe les actes d’Etat civil, en tant qu’échevin de l’Etat civil de Ronquières.

Edouard Meurs sera bourgmestre de 1879 à 1885. Il était fils de Félicien Meurs, 16e enfant de Jean-François, et de Nathalie Meynart. Félicien était surnommé « Lapin Djan Meurs », j’ignore pourquoi, et son fils Edouard héritera de son surnom, puisqu’on l’appelait « Edouard du lapin ». Edouard Ghislain Meurs était né à Ronquières le 19 mars 1833. Il était devenu « négociant-boulanger ». Il avait épousé en premières noces, à Gosselies, en mai 1859, Rosalie Descamps (1). Il épouse en secondes noces à Ronquières, en novembre 1868 Joséphine MEURS, sa cousine germaine, fille d’Albert et Catherine Stevens, née à Ronquières le 8 juin 1836, y décédée en 1918. Le couple habitait près de l’église, à la rue d’en haut.



Edouard Meurs

Edouard Meurs fut le 3ème président de la fanfare « les Echos », de 1894 à 1907, et en fut l’un des plus anciens supporters. Bourgmestre libéral de 1879 (2) à 1885, il fut un grand partisan du chemin de fer, qui fut inauguré le 10 mai 1884. Il fut renversé aux élections de 1884 ; sans doute est-ce lié à une hostilité envers le chemin de fer (3), mais plus encore, probablement, à la question scolaire et à la réaction vigoureuse des autorités ecclésiastiques avec la Loi dite « de malheur ».

C’est son cousin germain Charles Dechief qui lui succède le 19 janvier 1885, et jusqu’en 1892. Il est le fils de Jean-Joseph Dechief et Marie-Rosalie Meurs ; né à Ronquières le 18 octobre 1828, décédé à Bornival le 4 mai 1859. Il fut d’abord cultivateur à Bornival, puis à Champ Maret, sur Ronquières. Il avait épousé à Bornival le 18 janvier 1857 Marie Françoise Havaux (4).

Alfred Dechief, né à Bornival le 26 avril 1859, le frère de Charles, sera secrétaire communal de Ronquières. Selon certains témoignages recueillis, il aurait lui aussi été bourgmestre de Ronquières (5).

De la famille également, mais par alliance, Jules De Keyn figure parmi les bourgmestres de Ronquières. Il avait épousé Aure Dechief (6), fille de Pierre et Elise Meurs, petite-fille de Félicien Meurs et Nathalie Meynart. Jules De Keyn fut d’abord secrétaire communal, « sachant tout, dirigeant tout ». On disait : « Quand Jules Chufèle, y faut qu’tout l’monde danse » (« Quand Jules siffle, il faut que tout le monde danse »). Comme bourgmestre, lors des grandes circonstances, il avait l’habitude de fixer son discours au fond de son chapeau et il faisait semblant d’improviser en le lisant. Un jour, quelqu’un (7) a réussi à lui subtiliser son papier. Jules n’a pas pu faire son discours et n’a pas pu cacher sa colère non plus (8).

Notes :

  • (1)Née à Gosselies le 24 juin 1836, décédée à Ronquières le 5 mai 1867, fille de Philippe Joseph Descamps et de Marie Françoise Warmont ou Varmont.
  • (2)Edouard Meurs signe le registre des naissances pour la première fois le 7 février 1879, et il succède à Michel PAUL.
  • (3)Cf. aussi l’article « Cent ans du Chemin de fer de la Sennette, 1884-1984 » de Gaston Neukermans, paru dans « Entre Senne et Soignes » LIV-1986, p. 10 : « Nos élus locaux qui avaient voulu leur chemin de fer avec acharnement n’ont pas toujours été récompensés de leurs efforts. Certains ne furent pas réélus aux élections qui suivirent » Il confirme les dires de notre témoin oral.
  • (4)Marie Françoise Philippine Sidonie Havaux, dite Sidonie, née à Bornival le 1er janvier 1835, fille de François Joseph Havaux, cultivateur à Bornival, et Marie Thérèse Herman. François Joseph Havaux était fils de Philippe Joseph Havaux et Victoire Delalieux. Cette dernière est petite fille de Charles Delalieux et Marie-Anne Willame, ancêtres de la famille Meurs (voir généalogie de Lalieux).
  • (5)Alfred François Charles Ghislain Dechief. Il épouse à Ronquières le 3 octobre 1891 Marie-Louise Victoria Augusta, dite Augusta Kestre, née à Chimay le 6 mai 1858, institutrice communale de Ronquières. Le couple est sans postérité. Veuve, Augusta retournera vivre à Chimay, où elle se trouvait pendant la guerre 40-45. Elle était professeur de musique. Elle deviendra centenaire.
  • (6)Aure Dechief, née à Ronquières le 18 juillet 1872, fille aînée de Pierre et Elise Meurs.
  • (7)C’était peut-être Léon Ghislain, « le marchau » (le maréchal), me dit-on.
  • (8)Pendant la guerre, Jules donnait une pièce à Willy Paradis, son arrière-petit-neveu, en lui disant : « Tenèz, v’la 25 centimes pou d’aller akatè in sauret ! » (« Tenez, voilà 25 centimes pour aller acheter un sauret ») . C’était quelque chose, commente Willy, qui a du avoir faim pendant la guerre.

Jean-François Meurs

NB à l’intention des visiteurs du site : tous renseignements supplémentaires bienvenus !

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.072 secondes avec 16 requetes