Site Piret-Meurs
  Samedi 20 octobre 2018 - 00:47
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°71 > Généalogie Meurs: Jean Meurs, notre plus lointain ancêtre

Généalogie Meurs: Jean Meurs, notre plus lointain ancêtre
Version pour impression !

Jean MEURS

Venu de la Gueldre Autrichienne ou de la région de Bavai en France ?

Nous ne connaissons ni le lieu, ni la date de sa naissance. Il est décédé entre 1708 (naissance de son fils Thirij) et 1713 (remariage de son épouse).

Il épouse Catherine STASSIN, fille de Ghislain et de Catherine FOURNEAU, née à Naast le 14 octobre 1670 et y décédée le 18 janvier 1728.
Jean Meurs et Catherine Stassin ont eu au moins quatre enfants baptisés à Naast :

  1. Jeanne (Jeanne Catherine), née le 25 février 1700 (ss Jean FRANCOIS et Marie-Jeanne STASSIN), décédée à Naast le 30 juin 1760. Elle épouse à Horrues le 19 août 1727 Thomas LEFEBVRE (témoins Philippe Joseph PLETAIN et J.B. DUBOIS). Thomas Lefèbvre était tailleur et demeurait près de l'église. Le couple a fait baptiser 6 enfants à Horrues :

    1.1. Marie Joseph, née le 26 juillet 1728 (ss Conrard ROUSSEAU de Naast et Marie Apolline DEFOSSEZ de Naast)

    1.2. Martin, né le 8 septembre 1730 (ss Martin BORREMANS et Jenne FRIART)

    1.3. Marie-Catherine, née le 10 décembre 1732 (ss Nicolas URBAIN et Jenne Michel LELIEVRE)

    1.4. Jean-Joseph, né le 30 avril 1735 (ss Thierry MEURS et Marie Appoline DEFOSSEZ, tous deux de Naast)

    1.5. Jean-Baptiste, né le 13 juin 1738 (ss Jean-Baptiste DUBOIS et Marie Madeleine BLONDEAU)

    1.6. Arnould, né le 16 avril 1741 (ss Arnould Constantin CONIAUX et Catherine Joseph FRANCOIS)

  1. Marie-Magdeleine, née le 2 octobre 1702 (ss Anthoine GHIO et Marie Magdeleine DEFFAUT ?), pour laquelle je ne trouve aucune trace.
  2. Jean-François, né le 10 janvier 1706 (ss Jean-François HORLET et Marie Catherine COCLET), pour lequel je ne trouve aucune trace.
  3. Thiry, né le 24 août 1708, notre ancêtre, qui suit (ss Tirij DELMOTTE et Jeanne Marie HORLET)

Catherine Stassin, veuve, épouse en secondes noces, à Naast, le 28 novembre 1713, Conrard ROUSSIAU ou Rousseau (Témoins : Jeanne Moers et Martin Guarite). Sans descendance (connue).

Remarques :

  1. On ne trouve aucun Meurs comme parrain des enfants, tandis que l’on trouve au moins une fois le patronyme Stassin, celui de la mère. D’où l’hypothèse que Jean Meurs est isolé, sans famille proche.
  2. A la seconde génération, on trouve Thiry comme parrain, mais aucun des autres frères et sœurs ; par contre, on trouve Conrard Rousseau, le second époux de Catherine Stassin.
  3. Thiry est graphié de plusieurs manières, notamment Thirij …
  4. Alphonse Gilbert (1854-1939), pharmacien, petit-fils de Marie-Thérèse Meurs (la « tante de Dinant » à Baulers), est l’auteur de plusieurs carnets distribués dans différentes branches de la famille, dans lesquels il recense, de mémoire, les très nombreux descendants de son arrière-grand-père Jean-François Meurs de Ronquières, dit couramment « Djan Meûs ». Il varie dans ses introductions, et il n’est pas toujours fiable. Ainsi, il inverse les enfants des deux épouses de Jean-François, il comporte de nombreuses erreurs de prénoms, des confusions (par exemple, il fait de Jean-Baptiste Meurs, médecin à Braine-le-Comte, un fils de Jean Meurs de Ronquières, alors qu’il s’agit d’un petit fils de Charles-Eloi). J’ai pu voir au moins quatre carnets rédigés de sa main, dans quatre familles différentes, et ces notes ne concordent pas toujours. Voici deux de ces introductions :

    4.1. Les fondateurs de la famille Gilbert sont : du côté maternel Jean Meurs dit Djean Meus vers 1750 époux Gréer et Piérart venu croit-on de l’Autriche, en tout cas de Moers en Gueldre autrichienne, (ndlr : Moers ou Mörs se prononce Meurs) s’est rendu en France puis à Ronquières où il s’est marié deux fois et a eu 19 enfants… (daté de 1925)

    4.2. La famille Djean Meus, on la croit d’origine autrichienne habitant Moers vers 1700. Ce pays (comme le nôtre) dépendant de l’empire d’Autriche. Après l’annexion de cette province (Gueldre) Jean Meurs vint habiter Ronquières dans une ferme qui existe encore, se maria deux fois… (Original daté de 1930, en possession de Simone Meurs, qui a recueilli les archives de la branche de Virginal, Vincent Meurs)

    La Gueldre autrichienne (Geldern) se situe près de la Gueldre Hollandaise (Gelderen), et on y trouve la ville et le comté de Mörs, transcrit Moers en allemand et en flamand, et habituellement Meurs en français (Les Comtes de Meurs). Il est possible et même probable, selon moi, qu’Alphonse Gilbert a fait lui-même le rapprochement entre le nom de famille et la ville. Il faut donc rester prudent. D’autre part, c’est à Jean Meurs de Ronquières qu’il pense, et pas au grand père de celui-ci. S’il a recueilli une tradition ancienne, il court-circuite au moins deux générations. Mais derrière les approximations, comme souvent, on peut penser qu’il y a un fond de vérité.

  1. Armand Meurs, de Tubize (1918-2000), a entendu son père Lié Meurs (qui ne racontait pas beaucoup !) dire que l’ancêtre Jean Meurs était un soldat, venu lors de la première ou seconde occupation autrichienne. De fait, pendant le 17ème siècle, les troupes autrichiennes affrontent Louis XIV lors de la guerre de succession d’Espagne. Et l’affrontement a lieu dans la région de Seneffe, du Roeulx et de Soignies – Naast (Steenkerque). Lié Meurs est petit-fils de Félicien.
  2. Pierre Piette (1916-2002), descendant de Maximilien Meurs, tenait une version similaire : « originaire de la Gueldre Autrichienne » ; mais dans quelle mesure n’est-il pas contaminé par les écrits d’Alphonse Gilbert, qu’il a connu ? Il parlait d’ailleurs de Jean Meurs de Ronquières, ignorant encore à l’époque le Jean Meurs de Naast ainsi que Thiry. Il pensait même que les enfants aînés avaient pu naître ailleurs qu’en Belgique.
  3. Pierre Piette dit aussi que Jean Meurs avait fait des études et qu’il parlait français, alors que, dans la famille, tout le monde s’exprimait en wallon. Il écrit à son cousin François Meurs le 7 septembre 1978 : « J’ajouterai pour la petite histoire qu’à la ferme de Ronquières on parlait le français. Une cousine Hélène Meurs qui avait vécu à Bruxelles était fille de Polydore Meurs et avait résidé en sa jeunesse à la ferme « Jean Meuse » et disait qu’on y parlait français. Quand j’étais jeune et que je parlais à table, tante Marie Meurs me disait que cela ne se faisait pas (pour les enfants) et que son grand-père, Jean Meurs, obligeait au silence en tapant de son couteau la table à côté de son assiette en disant : « taisez-vous Nicolas » (ou encore : « Nicolas, vous parlerez quand vous aurez mangé »). Il était sans doute le plus bavard, mais cela se disait en français. Un siècle plus tard, la race n’avait pas amélioré »… Je lui ai entendu raconter une version à peine différente, mais qui met en relief le contraste entre l’usage du français au milieu du wallon : « Lorsque la tante Marie, qui s’exprimait toujours en wallon, racontait certains faits et dits, elle passait abruptement du wallon au français lorsqu’elle citait son grand-père, lui faisant dire : Nicolas, vous parlerez quand vous aurez mangé ; et, imitant l’ancêtre, elle frappait la table avec son couteau. ». Pierre Piette ajoute, à l’appui de cette culture française, que « Jean Meurs avait fait son séminaire à Bavai, commencé tout au moins ».

Notez également la prononciation wallonne du patronyme : « Meûs ». Que l’on retrouve dans une citation rapportée par Pierre Piette : « A Scaussènes, des Meûs, y n’da t’ôssi spais qu’d’èle pwèye d’yerbe », « A Ecaussinnes, des Meurs, il en pousse aussi dru que du poil d’herbe ».

Le cousin Pierre Piette est un témoin privilégié, puisqu’il a vécu avec sa tante Marie, la dernière en vie des petits-enfants de Jean Meurs de Ronquières. Il avait une mémoire phénoménale et j’ai toujours pu vérifier l’exactitude de ce qu’il racontait. Son père était connu pour être présent à tous les enterrements dans la famille, s’attardant le dernier, connaissant tout le monde…

  1. L’hypothèse d’un émigré, voire d’un soldat, est plausible. Parmi mes ancêtres Piret, j’ai découvert Etienne Wandor, prononcé et aussi transcrit Vandor, provient de « Glaive en Prusse », selon la déclaration de son petit-fils, lors du décès de son père. Il s’agit probablement de Kleve, en français Clèves, à la frontière hollandaise, c’est-à-dire la même région que Mörs. Etienne Wandor s’est établi à Feluy vers 1700, et ce n’est vraiment pas loin de Naast.
  2. La revue Entre Senne et Soignes » n° 67, 1990, p. 3 parle du régiment du Comte de Wrangel installé dans la province de Gueldre en 1702 (date proche de celle de l’apparition de l’ancêtre). Cette unité fait partie du prestigieux régiment des Gardes Wallonnes attachés à la personne du roi d’Espagne lui-même… Est-ce une piste ?
  3. Que Jean Meurs ait des liens avec la France n’est pas impossible. Au cours de mes recherches, je suis entré en lien deux généalogistes Meurs de France, appartenant tous les deux à la même souche. Ils remontent jusqu’à un ancêtre qui a vécu à la même époque que notre Jean, de Naast, et qui fait souche dans la région de Bavai en France, c’est-à-dire à moins de 100 km de Naast. On peut faire le recoupement avec l’affirmation de Pierre Piette qui dit que « Djan Meurs » a fait son séminaire à Bavai. Il suffirait peut-être de remonter une génération pour faire le lien ?…
  4. Enfin, on trouve la présence du patronyme Meurs à Mons en 1550 (Josine Meurs, venant du Nord de la France), à Bousval dès 1633 (trois sœurs s’y marient), à Nivelles dès 1711 ; et le patronyme Moers (transcrit parfois Meurs, par Popp par exemple, ce qui est un indice de la prononciation du nom Moers) à Feluy, puis à Nivelles, autour de 1800. Le patronyme est rare, mais il on le trouve donc en Belgique avant l’apparition de Jean Meurs à Naast.

Jean-François Meurs

Thiry MEURS

Il épouse une descendante des ducs de Bourgogne…

Affaire à suivre dans l'article suivant
Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.062 secondes avec 16 requetes