Site Piret-Meurs
  Lundi 22 octobre 2018 - 07:42
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des articles > Piret-Magazine n°3 > Généalogie Croône, alias Craunenbroeck

Généalogie Croône, alias Craunenbroeck
Version pour impression !

Généalogie Croône, alias Craunenbroeck

Le nom de famille « Croône », qui fut souvent écrit « Craune » est une abréviation de « Craunenbroeck », « Craunembrouck », « Craenembroeck » et autres nombreuses variantes. Les Registres Paroissiaux de Baulers sont explicites à ce sujet. En effet :

1/ Le Registre des décès a une indication claire en marge des actes qui concernent deux des filles de Maximilien Croône, notre ancêtre : Adèle, décédée le 16 septembre 1854 et Marie-Josèphe décédée à 13 ans le 23 juillet 1840. Il est marqué « Craunenbroeck vel Croône » ; la particule latine « vel » signifie « ou » et établit une équivalence. Les actes sont rédigés en latin :
Anno 1840 23e julii obiit Sacramentis consuetis munita aetatis 13 annorum Maria Josepha filia legitima Maximiliani Croône et Ameliae Laermans et 24e in Coemeterio est sepulta.
Traduction : L’an 1840, le 23e (jour) de juillet est décédée, munie des Sacrements habituels, à l’âge de 13 ans, Marie-Josèphe, fille légitime de Maximilien Croône et Amélie Laermans.

2/ Dans le Registre des Mariages, je trouve Elisabeth CRANEMBROUCK qui épouse à Baulers le 19 février 1797 Joseph Marcq. Lors de son second mariage à Baulers le 25 janvier 1800 avec Etienne Ipersiel, elle est appelée CRANE.

3/ Dans le registre des baptêmes, je trouve le couple Augustin CROONE et Sophie Lisbet, qui a quatre enfants. Le nom des enfants du même couple varie les quatre fois : CRAUNE, CRAUNEMBROUCK, CRANEMBROUCK et CROÔNE. Ce couple n’est pas rattaché (pour l’instant), mais appartient à le même souche, puisque la marraine d’un des enfants est Amélie Lormans (ou Laermans), épouse de Maximilien Croône, notre ancêtre.

4/ L’acte du mariage religieux de Maximilien Croône et Amélie Laermans, nos ancêtres, comporte une note dans la marge, en guise de titre : « Craunembroek-Lermans » :
Anno 1817 die vigesima februarii factis duobus bannorum proclamationibus et obtenta dispensatio unius et temporis clausi, coram me franciscô josephô montigny pastore de baulers matrimonio juncti sunt maximillianus craunembourk (sic) et amelia josepha Lormans ambo ex hac parochiâ, praesentibus ut testibus joanne Lemoine et mauritio gille.
Traduction : L’an 1817, le vingt février, après avoir fait la proclamation de deux bans, et obtenu dispense pour un, ainsi que pour les temps clos, devant moi François Joseph Montigny, pasteur de Baulers, ont été unis par le mariage Maximilien Craunembourk et Amélie Lormans, tous deux de cette paroisse, en présence des témoins : Jean Lemoine et Maurice Gille.

Note 1 : La dispense pour les temps « clos » rappelle qu’il y avait des périodes de l’année où l’on jeûnait et (les deux vont ensemble) où l’on ne pouvait pas se marier (Carême, Avent, et les « Quatre temps » à chaque changement de saison), sauf si l’on avait une dispense (qui était volontiers accordée).

Note 2 : Remarquez les variations de graphies : « Craunembourk – Craunembroeck », mais aussi « Lermans – Lormans », pour « Laermans ». Ces variations reposent sur une prononciation du « ae » flamand articulé à l’arrière du palais, presque comme un « o ».

Ainsi donc, le nom de famille « Croône » ou « Craune » est de fabrication assez récente, et est le fruit d’un diminutif qui a été adopté officiellement par la famille puis par l’administration. Cette transformation est déjà perceptible à Vieux-Genappe, et elle se généralisera à Baulers et Nivelles.

Les recherches concernant les « Croône » et « Craunembroeck » ne sont pas faciles, car les prénoms sont aussi très instables, comme nous le verrons.

I – Sébastien Craune(nbroucq)

Décédé à Vieux Genappe le 27 décembre 1784. Habitant Malplaquée. Il épouse à Baulers le 28 juin 1761 (témoins Laurent Mackq, Pierre Barbier et Philippe Molai) Jeanne Marie MAGHE (variante Marie Joseph Maque), baptisée à Baulers le 25 avril 1739, décédée à Vieux-Genappe le 23 avril 1807, âgée de 60 ans, fille de Remy Maghe et Marie Anne BAYOT. Dont :

  1. Sébastien, baptisé à Braine-l’Alleud le 3 janvier 1763 (ss Sébastien Allard et Anne Marie Hannicq). Il est confirmé à Vieux-Genappe en 1773.
  2. Marie Elisabeth, née à Vieux-Genappe (Malplaquée) le 5 février 1765. C’est sans doute la même qu’Elisabeth CRANEMBROUCK, servante, née à Vieux Genappe et habitant Baulers qui épouse en premières noces à Baulers le 19 février 1797 (témoins Hubert Tamineau et Nicolas Dozot) Joseph Marcq (décédé à Baulers le 25 janvier 1799, de langueur) et en secondes noces à Baulers le 25 janvier 1800 (témoins Guillaume et André Vanhemelrijck ; le nom d’Elisabeth est transcrit « Crane ») Etienne Ipersiel.
  3. Nicolas, né et baptisé à Vieux-Genappe le 3 mai 1767 (ss Laurent Joseph Maque et Marie Catherine Craune de Malplaquée).
  4. Remy Joseph, né et baptisé à Vieux-Genappe le 12 octobre 1768 (ss Remi Joseph Cranembrouck et Marie Joseph Deberque). Confirmé à Vieux Genappe en 1783. C’est sans doute lui qui est parrain de son neveu Maximilien.
  5. Jeanne Joseph, dite Jeanne Marie, née et baptisée à Vieux Genappe le 12 mars 1772 (ss Charles Antoine Delaunoy et Jeanne Joseph Aubry), notre ancêtre, mère Maximilien, qui suit en II.
  6. Albert Noël, né et baptisé à Vieux-Genappe le 26 décembre 1776 (ss Albert Demoulin et Marie Madeleine Balestrier), décédé le 2 mars 1777, enfant.

Note 1 : Jean-Joseph Craune, probablement frère de Sébastien : Jean-Joseph Craune, né à Ophain, décédé à Nivelles le 18 prairial an 7, journalier. Epouse à Baulers le 3 février 1765, Agnès Joseph, sœur de Jeanne Marie, née le 9 mars 1742. Dont :

  1. Remy-Joseph, baptisé à Vieux Genappe le 11 décembre 1765.
  2. Ghislain Joseph, baptisé à Vieux Genappe le…
  3. André Joseph, baptisé à Baulers le 20 septembre 1771, décédé à Baulers le 22 février 1774.
  4. Marie Adrienne, baptisée à Baulers le 18 février 1774, y décédée le 24 février 1774.
  5. Marie-Françoise, baptisée à Baulers le 28 avril 1775. Dont une fille : Marie-Françoise Craune, née à Nivelles le 22 fructidor an 7, petite fille de feu Jean Craune et de Marie Agnès Maque, déclarée par François Joseph Craune, maçon, âgé de 21 ans.
  6. François, baptisé à Baulers le 6 novembre 1778.
Le recensement de l’an IV (1796) pour Nivelles indique :
  • N° 1542, Jean Joseph Craune, 87 ans, ouvrier tint(urier), rue de la Pompe, natif de Nivelles.
  • N° 1543, Marie Agnès Mâque, 47 ans, son épouse.
  • N° 1544, Marie Françoise Craune, 22 ans, dentellière.
  • N° 1545, François Craune, 17 ans, tinturier.

L’acte du mariage religieux et l’acte de décès, ainsi que l’acte de baptême de François (1778) disent que Jean Joseph Craune est né à Ophain. Il pourrait être fils de Jean et Catherine (Del)Bouverie, né à Ophain le 6 mai 1703.
Note 2 : Le recensement de l’an IV (1796) pour Vieux-Genappe, indique :
  • N° 52, la Veuve Craune, 59 ans, domiciliée à Vieux-Genappe, y arrivée vers 1764.
  • N° 53, Bastien Craune, 30 ans, son fils, natif de Vieux-Genappe.
  • N° 54, Remy Craune, 25 ans, son fils, natif de Vieux-Genappe.

Note 3 : On trouve dans les Registres d’Ophain un Maximilien Craunembroeck, baptisé en 1717, prénom que l’on retrouve ensuite chez nos ancêtres.

Note 4 : On trouve à Vieux Genappe la confirmation de Remy Joseph Craune en 1766. Ce n’est donc pas le fils de Sébastien et Jeanne Marie Maghe né en 1768, mais sans doute un oncle, qui est d’ailleurs le parrain du second.

Note 5 : On trouve aussi à Vieux Genappe :
  1. Décès de Catherine Craunembrouck le 15 nivose an 10.

Note 6 : On trouve à Nivelles le décès de Remi Croone, à l’hopital général de Nivelles le 7 octobre 1825, époux de Marie Françoise Duhoux. Ouvrier. Il peut s’agir du fils de Sébastien, mais aussi de celui de Jean-Joseph et Marie Agnès Maghe/Maque.
De même, lequel des deux Remy est l’époux de Anne Joseph Tourpe, dont Jean Joseph Ghislain né à Vieux Genappe le 9 fructidor an 11 et y décédé le 18 vendémiaire an 12 ?

II - Jeanne Marie Croône

Fille de Sébastien et Jeanne Marie Maghe, née à Vieux Genappe le 12 mars 1772. Dont :

  1. Maximilien Joseph, né à Vieux Genappe le 18 juin 1795, y baptisé le même jour (ss Remi Joseph Craune et Marie Joseph Dechamps). Notre ancêtre, qui suit en III.

Note 1 : l’acte civil de mariage de son fils Maximilien, le 19 février 1817, signale que la mère, Jeanne-Marie Croone, est décédée à Nivelles, « selon extrait ci-joint ». Extrait qui ne se trouvait pas dans les microfilms. J’ai parcouru scrupuleusement les actes de décès de Nivelles à partir de 1795. J’ai trouvé à la date du 20 avril 1813 l’acte de décès de Jeanne-Joseph Craunembroug, célibataire, servante, âgée de 41 ans, née au Vieux-Genappe, fille de feu Sébastien Joseph Craunembroug et de feue Marie Joseph Maque. Les 41 ans et le prénom correspondent à la date de naissance de la fille de Sébastien, en 1772.

III - Maximilien Croône / Craunembroeck

Fils naturel de Jeanne Marie Croône, né et baptisé à Vieux Genappe le 18 juin 1795. Journalier. Il épouse à Baulers le 19 février 1817 Amélie LAERMANS (Lormans), fille de Jean-Baptiste Laermans et Marie-Françoise WILLEM, née à Baulers le 10 nivose an six (samedi 30 décembre 1797) et décédée à Baulers le 13 janvier 1843, journalière. Dont :

  1. Jean-Baptiste, né à Baulers le 11 mai 1817, décédé à Nivelles le 26 mai 1866. Marié, avec postérité.
  2. Mathilde, née en 1820, baptisée à Baulers le 13 juillet 1832 (12 ans)
  3. Nicolas, jumeau de Maximilien, né à Baulers le 11 juin 1826, y décédé le 26 août 1841 (15 ans)
  4. Maximilien, jumeau de Nicolas, né à Baulers le 11 juin 1826, décédé à Nivelles le 4 décembre 1855, notre ancêtre, qui suit en IV .
  5. Marie-Joseph, jumelle de Françoise, née à Baulers le 5 mai 1828, y décédée le 23 juillet 1840 (12 ans)
  6. Françoise, jumelle de Marie-Joseph, née à Baulers le 5 mai 1828, y décédée le 5 mai 1828 (1 jour)
  7. Augustine, née à Baulers le 28 juillet 1829, y décédée le 18 mars 1842 (13 ans)
  8. Henriette, née à Baulers le 9 août 1832, y décédée le 17 juin 1849 (16 ans)
  9. Jean-François, né à Baulers le 19 avril 1835, y décédé le 6 mai 1835 (15 jours)
  10. Victor, né à Baulers le 17 juin 1836. Marié, avec postérité.
  11. Adèle, née à Baulers le 16 mai 1839, y décédée le 16 septembre 1854 (15 ans)

Note 1 : Alphonse Gilbert, auteur de « carnets généalogiques » pour les familles Gilbert et Meurs s’est intéressé également aux origines de son voisin et cousin par alliance Edmond Croone. Il fait de Maximilien Croone un soldat hollandais qui serait resté et qui aurait fait souche après la bataille de Waterloo (il se marie en 1817, et il est né un 18 juin… !). Il méconnaissait en tout cas la naissance illégitime de Maximilien. Il se laissait peut-être aussi abuser par la consonance néerlandaise du nom Croone… Sur l’acte de mariage de Maximilien, son nom est écrit à la hollandaise : « Kroon » ! Mais il y a parfois une parcelle de vérité dans ces « légendes ». Le père inconnu pourrait fort bien être un soldat qui aurait laissé des « traces » lors des affrontements entre les révolutionnaires français et les armées autrichiennes en 1794 : Maximilien naît en 1795. Mais il y a plus simple encore : l’acte de mariage de Maximilien note qu’il est « en congé attendu qu’il est milicien, comme on pourra s’en convaincre par la permission de contracter mariage ici jointe adressée par le conseil d’administration du 24e bataillon ». C’est sans doute de cette notation qu’Alphonse Gilbert se souvenait, sans bien la situer.

Note 2 : On remarque une fragilité des enfants, surtout les filles, qui meurent à 12, 13, 16 ans. Mais aussi les garçons : Nicolas meurt à 15 ans, et Maximilien n’atteindra que 29 ans.

IV - Maximilien Croône

Fils de Maximilien Croône et Amélie Laermans, né à Baulers le 11 juin 1826 à 6 heures du soir, décédé à Nivelles le 4 décembre 1855 à trois heures du matin. Cultivateur selon son acte de mariage, jardinier selon son acte de décès. Il habitait au faubourg de Charleroi (comme un grand nombre de maraîchers !).
Il épouse à Nivelles le 21 juillet 1853 Octavie HOLOFFE, fille de Mathieu Holoffe et Marie-Françoise Harcq, tous deux jardiniers à Nivelles. Elle est née le 25 juillet 1828 et décédée à Nivelles le 26 décembre 1917. Dont :

  1. Colette Ghislaine Croône, née à Nivelles le 7 juin 1854, y décédée le 9 mars 1907. Notre ancêtre, qui suit en V.

V - Colette Croône

Fille de Maximilien Croône et Octavie Holoffe, née à Nivelles le 7 juin 1854 à 11 heures ½ du matin, y décédée le 9 mars 1907, inhumée dans le cimetière de Monstreux. Maraîchère. Elle épouse à Nivelles le 7 août 1881 Alfred PIRET, fils de Valentin et Marie-Thérèse Dusépulchre, né à Nivelles le 17 juin (le 25 juin, selon son acte de mariage) 1845, décédé à Nivelles le 23 mars 1910, inhumé dans le cimetière de Monstreux. Cultivateur à la ferme de « La Loge » (située à la limite de Nivelles et Baudémont/Ittre).

Dont :

  1. Maria, née à Nivelles le 17 mars 1882, décédée à Lillois Witterzee le 28 janvier 1951. Epouse d’Albert Vanderbecq, dont postérité.
  2. Louis, né à Nivelles le 29 avril 1883, décédé à Sauvenière le 12 janvier 1964. Marié, avec Héloïse Janquart, dont postérité.
  3. Enfant mort-né, décédé à Nivelles le 5 janvier 1885, de Colette Ghislaine Croône, 30 ans, maraîchère, et Alfred Piret, 39 ans, cultivateur. Déclaré par Valentin Piret, 71 ans.
  4. Adolphe, né à Nivelles le 9 avril 1887, décédé à Baulers le 20 septembre 1964, notre ancêtre.
  5. Odile, née à Nivelles le 27 juillet 1842, décédée à Nivelles le 30 octobre 1980. Epouse de Jules Martin, dont postérité.
  6. Louisa Maria Ghislaine, née à Nivelles le 25 juillet 1894, décédée à Nivelles le 22 octobre 1918 (de la grippe espagnole). Inhumée à Monstreux.

Note : Les tombes de Colette Croône et de Louisa Piret, avec de très jolies croix, existent toujours dans le cimetière de Monstreux, à droite quand on se dirige vers l’entrée de l’église. Mais, curieusement, on ne voit pas celle d’Alfred Piret.

Lire aussi Évocation de Colette Croône et de la ferme de La Loge.

Jean-François

Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.051 secondes avec 16 requetes