Site Piret-Meurs
  Mardi 20 f�vrier 2018 - 03:52
Famille Piret-Meurs

  Accueil  |   Piret-Magazine  |   Administration  |   Livre d'or  |   Liens  
Menu général

Puce Histoires
Puce Généalogie
Puce Evénements
Puce PiretMagazine
------------------
Puce Galerie Privée
Puce Galerie Photo
Puce Contacts
Puce FAQ
------------------
Puce [Ancien Blog]

Multi-recherche

Index des histoires > Meurs

Les origines possibles de la famille Meurs
Version pour impression

La signification du patronyme

Alphonse Gilbert (1854-1939), arrière-petit-fils de Jean-François MEURS (1758-1845), est l’auteur de plusieurs carnets de notes généalogiques répandus dans plusieurs branches de la famille. Il y reconstitue de mémoire (et avec quelques erreurs) les liens familiaux entre les diverses branches des 19 enfants dudit Jean-François Meurs. Il note que « l’on croit la famille originaire de la Gueldre autrichienne ». Est-ce une tradition transmise ? Ou bien sa culture (il est pharmacien) lui a-t-elle permis de faire le lien entre la ville prussienne de MÖRS, qui se prononce « mœurs » et le nom de famille ? C’est l’usage d’une dénomination qui devait être du passé, Gueldre autrichienne, qui incite à penser qu’il pourrait y avoir une source ancienne.

Pour Jean Germain, auteur du « Dictionnaire des Noms de Famille en Belgique Romane » (Crédit Communal de Belgique, 1996), le patronyme Meurs représente le français Maur, popularisé par Saint Maur. C’est le génitif néerlandais de l’anthroponyme Maurus, une variante de Moors. Il reprend en partie l’hypothèse d’Auguste Vincent, pour qui c’était une forme romane de Maur. On peut trouver confirmation de cette évolution, puisque, parallèlement, on trouve beaucoup de Meurice ou Meurisse en Flandre, formes qui correspondent manifestement au français Maurice. Le patronyme Meur (sans « s ») est fréquent à Nivelles au XIXème siècle.

Jean Germain ne retient pas l’hypothèse de l’origine allemande, à partir de la ville de Mörs, transcrite en allemand Moers. Pourtant, plus on se rapproche de cette ville, plus on trouve des Meurs, notamment en Hollande et en Campine, et aussi des Van Meurs, où le « van » indique clairement une origine. Cela expliquerait pourquoi il y a une plus forte concentration du patronyme à l’Est, alors que, s’il provenait de Maurus, on devrait en trouver à quantité égale en Flandre occidentale !

D’autre part, il est de tradition depuis des siècles, en français, de transposer en Meurs le nom allemand de la ville de Mörs. Ainsi, le nom des comtes de Mörs sont également transcrits « de Meurs ». L’existence d’une famille aristocratique « de Meurs », dont Douxchamps a dressé un crayon généalogique, va également dans ce sens.

Enfin, la consultation du patronyme sur l’Internet, et notamment des sites de généalogie, permet de constater que la plupart des Meurs répandus dans le monde (il n’y en a pas tellement) remontent en Hollande ou en Allemagne. Dans ce cas, on trouve les noms graphiés également MŒURS et MOERS.

Et donc, la tradition familiale qui retient que nos ancêtres proviennent de la Gueldre Autrichienne pourrait s’avérer exacte : cette région autour de Mörs et Düsseldorf est proche de la Gueldre Hollandaise.

La famille Meurs au centre du site meurs.be

Le berceau de la branche familiale qui nous occupe se situe à NAAST, près de Soignies. Nous n’avons pu, pour l’instant, remonter au-delà de Jean Meurs, qui y apparaît dans les actes de baptême de ses enfants ; le premier étant celui du baptême de sa fille Jeanne, le 25 avril 1700. Il est décédé entre 1708 (baptême de son fils Tiry, qui suit) et 1713.

L’aire géographique d’extension est principalement le Hainaut, avec quelques débordements sur l’Ouest du Brabant Wallon : Virginal, Ittre, Nivelles.

Tiry Meurs (1708-1770) demeure fixé à Naast, où il exerce sans doute le métier de cultivateur, et où il possède quelques biens. Il est échevin de la Seigneurie d’Ottignies à Naast, et il signe quelques documents.

Jean-François Meurs (1758-1845), dit « Djan Meûs », s’établit à Ronquières, dans une petite ferme perdue au milieu des prairies, non loin du canal, aux environs de Fauquez. Marié deux fois, il aura 19 enfants et une très nombreuses descendance. Ses enfants s’établissent dans une série de fermes bien connues des alentours.

Vincent Meurs (1800-1875) occupe la ferme dite « de Henriamont » située à Virginal. Quatre générations de Meurs vont se succéder dans cette ferme, sur une durée de 150 ans, si bien qu’elle est bien connue comme « ferme Meurs », et renseignée comme telle sur les cartes d’Etat Major.

Jean-Baptiste Meurs (1836-1905) exploitera une toute petite ferme à Baudémont, avant de reprendre la ferme dite « du Dieu d’En-Bas » à Bellecourt. Cette ferme actuellement très négligée a beaucoup perdu de son cachet. Par contre, la chapelle « du Dieu d’En-Bas », qui a donné son nom à la ferme, garde son charme pittoresque.

Jules Meurs (1873-1939) reprend le bail de la ferme de Bellecourt jusqu’en 1921. Il se retire ensuite tout près de là dans la petite métairie qui appartient à sa femme, Marie Mainil, à Fayt-les-Manage. En 1937, il reprend le bail de la ferme d’Obaix.

Paul (1914-1998) et François (1919-1996) exploiteront ensemble la ferme dite anciennement « Delporte » à Obaix, mais actuellement mieux connue comme « ferme Meurs ». Ils l’achèteront en 1952. Les deux frères épousent deux sœurs PIRET, Odile (1916) et Marie-Louise (1919), et les deux ménages vivent en communauté jusqu’en 1973. Ils auront respectivement 5 et 11 enfants. L’un d’eux, Pierre (1949) a repris la ferme paternelle.


Jean-François Meurs
Pas de commentaires
Poster un commentaire
Nombre d'internautes
ayant visités le site :
Thème Hurilam1.1
 
Vous apprécieriez mieux ce site si votre écran est en résolution minimum de 1024x768
Thème Hurilam1.1
Page générée en 0.063 secondes avec 16 requetes